Un an après, la peur du séisme hante toujours les Chiliens

le
0
Plusieurs centaines de milliers de sinistrés n'ont pas retrouvé de logement.

Envoyé spécial à Concepcion

Dans le petit village de pêcheurs de Coliumo, au nord de Concepcion, on l'appelle «le poète». Francisco Cabrera a écrit de nombreux textes et publié plusieurs livres, notamment Cronicas y leyendas de Coliumo . Il vivait dans une modeste maison lovée dans la baie de Coliumo, un paradis qui s'est transformé en enfer le 27 février 2010. «La mer a tout emporté. Il ne restait plus rien de ma maison. Tous les livres de ma bibliothèque ont disparu.» Aujourd'hui, il vit dans un petit chalet de bois offert par Radio Biobio. Francisco et sa femme, 89 et 84 ans, sont les seuls à avoir pu revenir vivre «là où l'enfer est passé» , car pour l'instant, les autorités n'y ont reconstruit aucune maison. Des centaines de milliers de Chiliens n'ont toujours pas retrouvé de logement et vivent dans des campements improvisés ou chez des parents.

«Il est impossible de se rendre compte aujourd'hui du traumatisme provoqué par ce tremblement de terre à C

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant