Un agent de sécurité d'un site nucléaire tué en Belgique-presse

le
1
    BRUXELLES, 26 mars (Reuters) - Un agent employé à la 
sécurité d'une centrale nucléaire belge a été assassiné et son 
badge magnétique a été dérobé deux jours après les attentats à 
l'aéroport et dans le métro de Bruxelles qui ont fait 31 morts, 
rapporte le quotidien francophone Dernière Heure (DH), samedi. 
    Le journal précise que le badge de l'employé a été désactivé 
dès la découverte du cadavre de l'agent abattu dans la région de 
Charleroi. 
    Dans un contexte de crise, cet incident a accentué les 
craintes que des terroristes puissent s'emparer de matériaux 
nucléaires ou mènent une action contre une centrale. 
    DH rapportait jeudi que les kamikazes qui ont commis les 
attentats de mardi envisageaient au départ de prendre pour cible 
un site nucléaire mais que les arrestations de plusieurs 
suspects les avaient contraints à improviser et à concentrer 
leurs attaques sur Bruxelles. 
    Lors d'une perquisition en relation avec les attentats du 13 
novembre à Paris et à Saint-Denis, les enquêteurs avaient 
retrouvé l'an dernier une vidéo de plusieurs heures montrant les 
déplacements d'un homme lié à l'industrie nucléaire belge. 
    La vidéo montrait l'entrée d'une maison dans le nord de la 
Belgique et l'arrivée et le départ du directeur du programme de 
recherche nucléaire belge. 
     
 
 (Barbara Lewis et Philip Blenkinsop; Pierre Sérisier pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • kurki il y a 9 mois

    A mettre en relation avec les survols de centrales par des drones.