Un Afghan susceptible de commettre un attentat recherché à Paris

le
2
UN SUSPECT RECHERCHÉ PAR LA POLICE POUR TERRORISME À PARIS
UN SUSPECT RECHERCHÉ PAR LA POLICE POUR TERRORISME À PARIS

PARIS (Reuters) - Une fiche d'attention à été diffusée à la ‎police parisienne au sujet d'un réfugié afghan susceptible de commettre un attentat dans la capitale, a-t-on appris jeudi de source policière.

Les services, qui ont diffusé la fiche mercredi, ne disposent que d'une photo du suspect, dont ils ignorent le nom.

Selon Metronews, l'homme, qui serait entré en France il y a deux mois, est recherché à la suite d'un renseignement.

Selon la source policière, la diffusion de ce type de fiche n'est pas exceptionnelle mais n'est pas non plus courante.

Tous les directeurs de services de police et de renseignements la capitale se sont réunis mercredi à la préfecture de police pour faire le point sur la menace terroriste, a-t-on par ailleurs appris des sources policières, confirmant une information du Point.

Mais un responsable de la préfecture de police a indiqué à Reuters qu'il s'agissait d'une réunion "comme il s'en tient trois fois par semaine" et qu'il n'y "avait pas de menace spécifique" à ce stade, notamment Paris Plages.

Paris Plages, opération estivale menée par la mairie de Paris depuis 2002, se tient jusqu'au 4 septembre sur les berges de la Seine, mais aussi au bassin de la Villette, dans le 19e arrondissement, et sur le parvis de l'hôtel de ville.

Compte tenu des attentats qui ont visé la France depuis 2015, l'événement a été placé sous haute surveillance.

Pour entrer dans le périmètre, les piétons ne sont pas fouillés mais, à la suite de l'attentat du 14 juillet à Nice, où 84 personnes ont trouvé la mort, chaque accès routier est fermé par des barrages, un véhicule ou des blocs de béton.

Des policiers et des militaires du dispositif Sentinelle effectuent des patrouilles régulières.

"La menace sur Paris Plage n'est pas plus importante que celle qui pesait sur l'Euro 2016", a dit une source policière.

"Ces réunions ont pour but d'échanger les informations entre les services, ce qui ne se faisait que rarement auparavant", a ajouté la source. "Des informations sensibles sur l'éventualité d'un attentat imminent, il y en a toutes les semaines."

(Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bstefank il y a 4 mois

    Le complice de l'assassin du prêtre avait aussi sa photo diffusée dans les sphères policières mais sans identification on a vu la suite... Pourquoi ne fait-on pas le même dispositif que pour les alertes enlèvement ?

  • laurus il y a 4 mois

    Mais diffusez-la donc sa photo, comme ça on l'aura vite repéré.