Un actif sur huit pense ne jamais pouvoir prendre sa retraite

le
2
dr
dr

(lerevenu.com) - Le Groupe HSBC vient de publier le deuxième volet de son étude baptisée « L'Avenir des Retraites », qui s'intéresse aux finances des retraités ainsi qu'à la période charnière du départ à la retraite en comparant le point de vue des retraités à celui des actifs.

Les principaux résultats de cette enquête (*) montrent que les actifs estiment qu'ils prendront leur retraite à 62 ans en moyenne. Un individu sur huit (12%) considère toutefois qu'il ne pourra jamais se permettre de prendre sa retraite de manière définitive. Les régimes publics de retraite contribuent à hauteur de 83% des revenus des retraités, loin devant les autres pays, puisque la moyenne mondiale atteint 37%. En revanche, les actifs français estiment que cette contribution ne s'élèvera qu'à hauteur de 57% de leurs revenus une fois à la retraite.

Pour 76% des retraités, le départ à la retraite a été synonyme d'une baisse des revenus. Cependant, cette diminution n'a été suivie d'une baisse des dépenses que pour 41% d'entre eux. Près de la moitié (45%) des retraités d'aujourd'hui se déclarent plutôt satisfaits de la manière dont ils ont préparé leur retraite. À l'inverse, 49% ne l'ont pas suffisamment préparée. Lorsqu'on demande aux retraités quel est le meilleur conseil financier qu'ils aient reçu, la réponse la plus courante est « ne pas vivre au-dessus de ses moyens » (56%), « d'économiser régulièrement de petites sommes » (50%) et « de devenir propriétaire de son logement dès que possible » (44%).

Les attentes en matière d'héritage diffèrent entre actifs et retraités : près des deux tiers (64%) des retraités espèrent léguer un héritage, tandis que 38% des actifs s'attendent à hériter. Parmi les retraités qui ne parviennent pas à satisfaire toutes leurs aspirations, 64% indiquent disposer de revenus inférieurs à ceux qu'ils prévoyaient, tandis qu'un quart imputent des problèmes de santé. Enfin, 10 % des 55-64 ans sont passés à temps partiel à la fin de leur carrière et près d'un cinquième (18%) des 25-34 ans pensent qu'ils feront de même le moment venu.

(*)Cette étude mondiale, qui existe depuis huit ans, a été, pour cette édition, menée sur internet auprès d'un panel représentatif de 16.000 personnes et dans quinze économies matures et émergentes.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4328752 le vendredi 20 sept 2013 à 23:48

    Mike a raison mais le problème n'existe pas réellement puisqu'il faut déjà emprunter sur les marchés pour les "payer ". alors continuons, Ca ne semble pas poser de problème, on empruntait même à taux négatif ....RIRES !!!

  • MIKE3000 le vendredi 20 sept 2013 à 16:47

    et pourtant, il suffirait de se faire parrainer par un sénateur ou un député................