UMP : Sarkozy écrit aux militants sa «reconnaissance»

le
0
UMP : Sarkozy écrit aux militants sa «reconnaissance»
UMP : Sarkozy écrit aux militants sa «reconnaissance»

«Autant surpris qu'ému». C'est en ces termes que Nicolas Sarkozy conclut la lettre qu'il a adressée lundi à ses «chers amis» militants de l'UMP. Dans ce courrier le président sortant remercie tous ceux ont permis au parti de récolter les 11 millions d'euros nécessaires au règlement de sa dette. Après l'invalidation de son compte de campagne présidentielle 2012, le parti avait jusqu'à la fin du mois pour réunir les fonds. La veille déjà, Jean-François Copé avait annoncé le succès du «Sarkothon» qui permet désormais à l'UMP d'assumer financièrement la défaite. Sarkozy avait lui, témoigné dans un tweet sa reconnaissance.

«A la suite de la décision du Conseil constitutionnel, l'UMP n'a bénéficié d'aucun remboursement public», rappelle l'ancien chef de l'Etat dans cette missive d'une page, datée de lundi. «Cette situation, comme je vous en faisais part dans mon message du 5 juillet dernier, mettait en péril l'existence même du premier parti d'opposition en France», souligne-t-il.

Nicolas Sarkozy remercie aussi particulièrement le numéro un de l'UMP. «Je veux souligner l'engagement politique immédiat et utile de son président Jean-François Copé ainsi que la compétence de tous ceux qui l'ont aidé à mettre en place la structure pour rassembler vos dons», écrit-il. «Vous avez été très nombreux à répondre à cet appel. Je ne sais comment vous remercier, mais j'aimerais que vous compreniez à quel point j'ai été touché par votre mobilisation», poursuit l'ancien président.

Une marque d'«inquiétude» et de «détermination»

«Je vois dans votre formidable engagement la marque de l'inquiétude face à la situation que connaît la France et votre détermination à voir l'opposition jouer pleinement son rôle dans les années à venir», y écrit l'ex-chef de l'Etat qui a déjà évoqué la possibilité d'un retour en politique «par devoir». «Grâce à vous, nous sortons de cette épreuve ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant