UMP : quand Sarkozy drague les fillonistes

le
0
Nicolas Sarkozy dans son bureau de la rue de Miromesnil, à Paris, où il a reçu les fillonistes, mercredi.
Nicolas Sarkozy dans son bureau de la rue de Miromesnil, à Paris, où il a reçu les fillonistes, mercredi.

Mercredi 1er octobre, il est 8 h 30. Le café est chaud et les chouquettes sont disposées sur la table de la salle à manger de la rue de Miromesnil, l'antre de Nicolas Sarkozy, quand les fillonistes arrivent. L'ancien chef de l'État, entouré de Frédéric Péchenard, Michel Gaudin et Éric Schahl, qui constituent sa nouvelle équipe, accueille une douzaine d'entre eux. Quelques jours plus tôt, ils sont une vingtaine à avoir signé une lettre ouverte publiée par Le Figaro posant leurs conditions aux candidats déclarés à la présidence de l'UMP. Ce mercredi matin, certains n'ont pas pu faire le déplacement. Mais on retrouve, à peu de chose près, l'armature du premier cercle des fillonistes : Valérie Pécresse, Jean Leonetti, Jean-François Lamour, Éric Ciotti, Philippe Bas, Isabelle Le Callennec, Alain Cadec, Dominique Bussereau, Alain Lamassoure, Caroline Cayeux, Bernard Accoyer... Hervé Gaymard est également présent, mais il lui a déjà repris sa liberté vis-à-vis de Fillon.

Nicolas Sarkozy apparaît tendu. Il sait qu'il n'a pas en face de lui un public acquis à sa cause. Il préfère entamer la conversation sur un sujet tout à fait subalterne : le football. La veille, il a assisté à la victoire du PSG face à Barcelone dans la tribune officielle du Parc des princes. Il digresse longuement sur les mérites de Lionel Messi. Des considérations sportives qui laissent de marbre son public du jour. Il y ajoute une touche people en évoquant la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant