UMP. Nathalie Kosciusko-Morizet : «Il faudrait changer de nom et vendre le siège»

le
0
UMP. Nathalie Kosciusko-Morizet : «Il faudrait changer de nom et vendre le siège»
UMP. Nathalie Kosciusko-Morizet : «Il faudrait changer de nom et vendre le siège»

Députée de l'Essonne, NKM appelle à une refondation profonde du mouvement.

L'UMP est-elle vraiment menacée de disparition ?

Nathalie Kosciusko-Morizet. Oui. Et je me battrai de toutes mes forces pour éviter que cela arrive. Lors de ces grands moments de tension, la meilleure des choses à faire c'est d'être avec les militants, d'entendre ce qu'ils ont à nous dire. Je suis attachée à l'héritage gaulliste : ils demeurent la source de toute légitimité.

Et que souhaitent-ils aujourd'hui ?

Les militants sont très en colère, et ils ont vraiment raison. Ce qui s'est passé à la tête du parti, les suspicions, les divisions organisées, les ont écoeurés. Maintenant, il faut tourner la page et ne pas laisser l'UMP aux mains de ceux qui l'ont abîmée. C'est la raison pour laquelle j'ai lancé l'idée de convoquer un congrès cet automne. La seule solution, c'est de redonner la parole aux adhérents.

Serez-vous candidate à la présidence du parti ?

Ce qui est urgent aujourd'hui, c'est de définir les règles du jeu avec précision pour que l'on évite le désastre de la précédente élection et la guerre fratricide qui s'est ensuivie. Tout doit se dérouler dans la transparence absolue : le dépôt des candidatures, le déroulement du scrutin, les procurations. Une nouvelle crise serait fatale à l'UMP. Pour le reste, la multiplication des candidatures individuelles n'est pas forcément la solution. Je me poserai la question seulement dans une démarche collective. Soyons à la hauteur des enjeux. Il faut rompre avec la logique des clans et la dynamique des ego.

Qu'attendez-vous du futur président du mouvement ?

L'UMP d'aujourd'hui a déçu. Le congrès de l'automne doit être celui de la refondation. Je suis favorable à des actes symboliques forts comme le changement de nom de l'UMP. Je souhaite aussi que l'on vende notre siège, rue de Vaugirard. Il est froid, glacial, à présent il rappelle de mauvais souvenirs, et nous avons de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant