UMP : les élus rechignent à payer leurs cotisations

le
2
UMP : les élus rechignent à payer leurs cotisations
UMP : les élus rechignent à payer leurs cotisations

« Question solidarité, on a encore beaucoup de chemin à faire », soupire un député UMP en évoquant un vieux serpent de mer au parti : celui des parlementaires qui ne sont pas à jour de cotisations. « En interne, moins on en parle, mieux on se porte, c'est l'omerta ! » enfonce ce dernier, sous couvert d'anonymat, pour dénoncer un « vrai scandale ». Car le chiffre a de quoi interpeller : selon nos informations, 284 députés, sénateurs et eurodéputés rechigneraient à mettre la main à la poche, sur un total de 350 ! Soit seulement 66 bons élèves, même pas 20 % ! Un problème encore soulevé mardi dernier devant les ténors de l'UMP, dans le secret du bureau politique, par la juriste indépendante Anne Levade, présidente de la haute autorité du parti.

A l'heure où le principal parti d'opposition est plongé dans une profonde crise politique et financière, que sa dette avoisine les 50 M?, le sujet pose forcément question. Il n'est pourtant pas nouveau : « Vous n'imaginez pas à quel point c'est compliqué de courir après un député ou un sénateur qui n'est pas à jour de cotisations. Vous seriez même surpris d'apprendre qui figure sur la liste », nous expliquait il y a quelques semaines l'ancienne trésorière du parti, Catherine Vautrin, qui a quitté ses fonctions depuis le départ forcé de Jean-François Copé.

Pas d'investiture au sénatoriales sans cotisations à jour

Pour les parlementaires, le régime de cotisations se divise en trois : l'adhésion annuelle à l'UMP (60 ? pour un élu), la cotisation au groupe (250 ? par mois prélevés directement sur l'indemnité représentative des frais de mandat), puis une cotisation mensuelle au parti comprise entre 150 et 250 ? par mois selon le poids de la circonscription. « C'est la cotisation mensuelle au parti qui coince le plus », admet un haut gradé de l'administration UMP, qui a une partie de l'explication : « Après l'élection contestée de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le dimanche 29 juin 2014 à 09:30

    De vrais chiens (même pire), ils ont été élu uniquement grâce à l'étiquette UMP et certainement pas pour leurs compétences, même pas la reconnaissance du ventre qu'a un chien. Mais...faut comprendre, ils sont tellement pauvres nos zélus que 500 euros c'est une somme !!!!!

  • j.delan le dimanche 29 juin 2014 à 09:06

    L'exemplarité, cela ne doit être que pour les autres semble-t-il; Messieurs SOYEZ DIGNES ou retournez à la vie ordinaire.