UMP : le virage à droite toute de Nicolas Sarkozy

le
11
UMP : le virage à droite toute de Nicolas Sarkozy
UMP : le virage à droite toute de Nicolas Sarkozy

« Les Français veulent rester en France », proclamait Nicolas Sarkozy fin octobre en meeting à Nice. François Hollande avait peut-être en tête cette tirade de son prédécesseur lorsqu'il a fustigé hier ceux qui « rêvent d'une France en petit, une France qui ne serait plus la France ». Convaincu que Marine Le Pen peut se qualifier au second tour de la présidentielle, le patron de l'UMP a nettement durci ces dernières semaines son discours sur l'immigration, dont il avait déjà fait un morceau de choix de sa campagne de 2012. Lui qui considérait encore il y a deux ans que l'immigration pouvait être un atout juge désormais qu'elle « met en cause rien moins que notre façon de vivre ». « Si je veux combattre l'immigration incontrôlée, c'est parce qu'elle menace le vivre ensemble républicain », proclamait-il encore à Nice, dénonçant une poussée migratoire de plus en plus forte et de plus en plus incontrôlée.

Pour y remédier, l'ancien président préconise de pratiquer la politique de la chaise vide à Bruxelles. S'il revenait au pouvoir, a-t-il assuré pendant la bataille interne pour l'UMP, la France quitterait l'espace Schengen sans préavis et rétablirait provisoirement des contrôles à ses frontières, le temps de négocier avec ses partenaires européens un hypothétique Schengen II. « Un peu facile », lui a répondu François Hollande en défendant hier cet accord. Là encore, Sarkozy va plus loin qu'en 2012, puisqu'il menaçait simplement de suspendre Schengen.

Supprimer l'aide médicale d'Etat

Nicolas Sarkozy a aussi rangé au placard le concept d'immigration choisie qu'il défendait à l'époque. Le président-candidat promettait en effet de diviser par deux les flux migratoires pour limiter à 100 000 le nombre d'entrées par an. Or, il semble aujourd'hui remettre en cause le principe même de nouvelles entrées sur le territoire, sans aller jusqu'à plaider comme le FN pour l'immigration zéro. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9244933 le mardi 16 déc 2014 à 11:00

    Il commence à dire tout et n'importe quoi comme son successeur, pour essayer d'être populaire. Le pays a besoin d'autres gabarits que ces deux-là. Et ce n'est pas dans les extrêmes, où ils puisent leurs énormités, qu'on va les trouver.

  • M8252219 le mardi 16 déc 2014 à 09:55

    SARKO FAUDRAIT PENSER AUX RÉFORMES-LA TVA sociale tous les français et d'autres en bénéficient,tous doivent participer à son financement pas les seuls salariés et les entreprises,RÉDUCTION DE MOITIÉ du nombre des parlementaires,plafonnement et fiscalisation de tous leurs revenus et avantages.Suppression du sénat et des statuts spéciaux.Réduction de moitié du nombre des fonctionnaires.Retour aux 39h TOUS. 3jrs de délai de carence en arrêt maladie TOUS.Retraite à 65 ans TOUS.

  • M4958114 le mardi 16 déc 2014 à 09:26

    des sarko tout les matins je fait sarko et bien content de tirer la chasse d'eau ça pue mais ça pue !!

  • M2833874 le mardi 16 déc 2014 à 08:28

    Et puis un guss qui met 15-20 ans pour comprendre ce qui ne va pas, moi perso, je n'ai pas tellement envi de lui redonner les rênes du pays.

  • M2833874 le mardi 16 déc 2014 à 08:25

    Pourquoi ne l'a-t-il pas fait avant? Sarko, ça fait 15 ans qu'il occupe des postes à haute responsablité et on voit le résutat. FH président.

  • M78543 le mardi 16 déc 2014 à 08:24

    oups regarder SARKO marcher ... on dirait qu'il a ch.ier dans son froc lol

  • M78543 le mardi 16 déc 2014 à 08:23

    je lui prefere Bruno Lemaire . au fait ref

  • noterb1 le mardi 16 déc 2014 à 08:18

    Sarkozy ? "Je veux permettre à chaque ménage d’être propriétaire", "j’allouerai des allocations familiales dès le premier enfant". "Je propose que l'allocation chômage ne puisse pas être inférieure au salaire minimum","Je n’accepte pas... que le travail salarié et l’esprit d’entreprise soient bafoués par les rémunérations et les privilèges excessifs que s’octroie une toute petite minorité de patrons." rigolo non ?

  • M601364 le mardi 16 déc 2014 à 07:47

    Juppé dix Fois mieux

  • M601364 le mardi 16 déc 2014 à 07:46

    Au tribunal avec le nombre d'affaires ?