UMP : la primaire parisienne continue, les candidats priés «de se taire»

le
1
UMP : la primaire parisienne continue, les candidats priés «de se taire»
UMP : la primaire parisienne continue, les candidats priés «de se taire»

Silence radio jusqu'à lundi 19 heures, l'heure de clôture du scrutin. C'est en substance le message qu'Antoine Rufenacht, le superviseur de la primaire UMP pour les muncipales à Paris, a délivré ce samedi après trois heures de réunion au siège de la fédération UMP de la capitale. Le premier tour de cette compétition interne ne sera pas «suspendu» comme l'avait demandé la veille le candidat Pierre-Yves Bournazel, mettant en cause un «système incontestablement défaillant» et pointant le risque de fraude. «On vote jusqu'à lundi», a confirmé le président de la fédération UMP de Paris Philippe Goujon.

A l'exception de la favorite Nathalie Kosciusko-Morizet, qui s'est faite représenter, tous les candidats - Pierre-Yves Bournazel, Franck Margain et Jean-François Legaret - avaient fait le déplacement. Ils ont, a-t-il été précisé, «unanimement» avalisé le communiqué lu par Antoine Rufenacht. Un accord auquel «s'associe» également le président du parti, Jean-François Copé.

«Toute nouvelle communication publique» interdite

Ce texte acte «la fermeture immédiate des permanences, bureaux, points de vote et d'information». Pierre-Yves Bournazel avait notamment dénoncé la poursuite hors délai selon lui par NKM de sa campagne, avec l'organisation de «bureaux de vote» par ses équipes. Proscrits également, les «campagne téléphonique» et «messages électroniques ou papiers». Il sera en retour demandé «au prestataire l'amélioration du service aux électeurs».

Mais les impétrants sont surtout priés de ne plus s'exprimer. Le texte stipule «l'interdiction de toute nouvelle communication publique ou prise de parole des candidats et de leurs soutiens jusqu'à la clôture du scrutin». Le président du Conseil supérieur de la primaire leur avait déjà, plus tôt dans la journée sur Europe 1, demandé «de se taire» puisque «pendant la période du vote» c'est «la règle».

Dans la matinée, Antoine...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le samedi 1 juin 2013 à 23:54

    Ouais autant que le ps qui a volé sa victoire a Ségolène Royal. Pour le truquage les socialistes ne craignent personne.