UMP : «La maladie de la division n'est pas forcément mortelle»

le
1
INTERVIEW - Guillaume Bernard qui a codirigé le Dictionnaire de la politique et de l'administration analyse la scission du groupe UMP à l'Assemblée.

LE FIGARO. - L'UMP est représentée désormais par deux groupes parlementaires à l'Assemblée. Que vous inspire cette situation?

Guillaume BERNARD. - Chacun des deux rivaux s'est efforcé de faire porter à l'autre la responsabilité d'une éventuelle scission pour le discréditer auprès de l'électorat de droite. Faute d'y parvenir, ils ont, en définitive, préféré maintenir une forme d'unité afin de conserver le financement public et la puissance de la marque UMP.

Deux groupes au Palais Bourbon pour un seul parti, est-ce viable?

Pour que l'un des deux rivaux supplante l'autre, il faudrait que l'intéressé s'affirme comme l'opposant le plus efficace à la gauche lors d'une réforme controversée, ou qu'il puisse revendiquer une victoire électorale. D'ici là, les deux ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le mercredi 5 déc 2012 à 09:05

    JPi - Et vive l'UDI!