UMP, la fièvre des mouvements

le
0
Un passant devant le siège de l'UMP à Paris.
Un passant devant le siège de l'UMP à Paris.

C'est apparemment la dernière mode à l'UMP : "On lance un club/think tank/mouvement quelconque, l'AFP fait une dépêche reprise dans les journaux, on décroche un rendez-vous avec Sarkozy et... c'est tout. Généralement, plus personne n'en entend parler ensuite", décrit un secrétaire national. Droit au coeur, le microparti que vient de créer Hervé Mariton sera-t-il la énième illustration de ce schéma "quasi ritualisé" ? Le député de la Drôme entend évidemment contredire les pronostics et transformer l'initiative en force de réflexion et de proposition pour l'UMP. Mais sa détermination se heurte au scepticisme croissant des sympathisants de droite envers ce qui leur apparaît comme une ramification de plus dans un parti déjà trop confus.

Entre Xavier Bertrand qui bat le pavé avec la manufacture, sa nouvelle "association indépendante", Frédéric Lefebvre qui agite une pétition de son nouveau think tank, Nouveaux Horizons, ou même Alain Juppé qui parle d'un futur nouveau "groupe de réflexion", il se passe rarement un mois sans qu'une "nouveauté" soit annoncée. "La création de sous-ensembles a toujours existé, mais le phénomène prend aujourd'hui des proportions qui confinent au ridicule", explique le politologue Thomas Guénolé, auteur de Nicolas Sarkozy, chronique d'un retour impossible ?. "Outre un symptôme de l'absence de chef, c'est une conséquence de l'absence de procédures pour départager les courants d'idées dans les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant