UMP : Fillon désigne les cadres de son mouvement en vue de la primaire en 2016

le
3
UMP : Fillon désigne les cadres de son mouvement en vue de la primaire en 2016
UMP : Fillon désigne les cadres de son mouvement en vue de la primaire en 2016

Au moment où Nicolas Sarkozy remet un pied sur le chemin de la politique, François Fillon continue de tracer sa route. Mercredi, deux jours après l'intervention de l'ex Chef de l'Etat devant le bureau politique, l'ancien Premier ministre a nommé les représentants de sa nouvelle association politique, Force Républicaine, «dans plus de la moitié des départements», selon un communiqué.

Douze sénateurs du principal parti d'opposition et quelque 36 députés - sur les 190 que compte l'UMP - figurent sur cette liste, parmi lesquels les anciens ministres Valérie Pécresse (Ile-de-France), Gérard Longuet (Meuse), Eric Woerth (Oise), Dominique Bussereau (Poitou-Charente) ou encore le député-maire de Nice Christian Estrosi (Alpes-Maritimes), par ailleurs secrétaire général de l'Association des amis de Nicolas Sarkozy. Des représentants ont été nommés dans vingt régions, selon la liste transmise à la presse.

Le président du conseil régional d'Alsace, Philippe Richert, est aussi désigné dans le Bas-Rhin. Une ancienne députée de la Droite populaire (aile droite de l'UMP), Brigitte Barèges, maire de Montauban, est nommée dans le Tarn-et-Garonne. Selon un communiqué de François Fillon, la liste sera complétée «en septembre».

Un meeting jeudi à la Grande Motte

Pour solenniser l'événement et mettre en lumière son mouvement qui doit lui permettre d'atteindre l'Elysée, le député de Paris organise un meeting jeudi à la Grande Motte. Histoire, peut-être de répliquer à l'allocution de Sarkozy, durant lequel François Fillon a ostensiblement montré son peu d'intérêt au retour de l'ancien président.

Comme l'écrivait mardi le Parisien/Aujourd'hui en France, celui qui ne cache pas ses ambitions présidentielles a fait le service minimum, ne se levant pas durant la standing ovation réservée à Nicolas Sarkozy. Il est reparti le premier à la fin du discours. Avant de quitter sa place, il a lancé à son voisin ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le jeudi 11 juil 2013 à 11:15

    NON mlaure, si c'était des rentiers au pouvoir comme vous dites, ils seraient intéressés à la bonne marche des entreprises pour percevoir des dividendes et les rentiers savent prendre des risques dans l'investissement, mais ce sont des FONCTIONNAIRES qui n'ont jamais travaillé dans un but de profit pour la collectivité (bien sûr, sauf pour eux), grosse nuance.

  • 90342016 le jeudi 11 juil 2013 à 10:20

    ump et cuite trop de menteur qui vive a nos depend vive marine

  • mlaure13 le jeudi 11 juil 2013 à 09:56

    Exemple d’un politicard et son staff (trop) payés par le contribuable, qui passent leur temps qu’à travailler pour eux, à leur carrière. Ceux qui cherchent à se bâtir des rentes ont pris le contrôle de l’Etat Français, depuis 1974, et n’a cessé de se renforcer. Pour la PREMIÈRE FOIS dans l’Histoire de France, pas un membre du gouvernement actuel n’a exercé la moindre activité dans le secteur privé et donc n’a JAMAIS pris le moindre risque. Les Rentiers sont au Pouvoir…On en voit le résultat.