UMP : Dati soutient Sarkozy et tance les autres

le
0
UMP : Dati soutient Sarkozy et tance les autres
UMP : Dati soutient Sarkozy et tance les autres

Impossible de la manquer. Revoilà Rachida Dati, qui signe une tribune politique dans Le Figaro de ce mercredi et assure le service après-vente en postant une vingtaine de tweets. Dans ce texte, qu'elle aurait pu intituler «le droit d'inventaire de Rachida Dati» au lieu de «Nicolas Sarkozy: oui, mais...», l'ancienne garde des Sceaux soutient l'ex-Président, son mentor, et tance tous les autres en évoquant 2007 avec nostalgie et 2012 avec raideur.

«Cette ferveur quasi messianique qui entoure le retour de Nicolas Sarkozy a de quoi donner le tournis. Même à la Sarkozyste canal historique que je suis !», remarque en préambule la députée européenne et maire du VIIe arrondissement. L'ancien chef de l'Etat «n'a jamais eu à douter de ma loyauté. Il le sait. Il sait aussi qu'il pourra toujours compter sur ma franchise (...). Je persiste à croire qu'il est le meilleur d'entre nous», insiste-t-elle dans un vibrant appel à son ancien patron, qui ne la reçoit guère dans ses bureaux de la rue de Miromesnil. Et de défendre la ligne ultra-droitière prise par son candidat lors de la présidentielle de 2012 sur les conseils du très conservateur Patrick Buisson : «L'affirmation de nos valeurs, de notre identité a pu être perçue comme un facteur de divisions, ou interprétée comme une "droitisation"». «Au fil des mois», ajoute-t-elle, le président de la République alors en fonction «se battait de plus en plus seul. Certains ténors de droite ne croyaient pas en (sa) victoire». François Fillon, Jean-François Copé, Alain Juppé, et bien d'autres, peuvent se sentir visés.

Certains "ténors" de droite ne croyaient pas en la victoire de N. Sarkozy, tout en feignant le contraire. Espéraient-ils sa défaite?-- Rachida Dati ? (@datirachida) 17 Septembre 2014

Lors de cette campagne, Nicolas Sarkozy a tout donné, mais au fil des mois il se battait de plus en plus seul. #TribuneLeFig-- Rachida ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant