UMP : Copé se fait moucher par Sarkozy

le
1
Jean-François Copé a été sonné par la charge de Nicolas Sarkozy lundi soir au bureau politique de l'UMP.
Jean-François Copé a été sonné par la charge de Nicolas Sarkozy lundi soir au bureau politique de l'UMP.

Jean-François Copé, qui ronge son frein et refuse tout contact avec les journalistes depuis l'affaire Bygmalion, avait envie de prendre sa part de lumière à l'occasion des départementales. Aussi, depuis le premier tour, il répète en bureau politique de l'UMP qu'il fut, lui aussi, l'artisan de la victoire de son parti aux municipales quand il présidait le mouvement. Lundi soir, rebelote : "Moi aussi, j'avais gagné les municipales, insiste l'ancien président. Et même les européennes, car, si on additionne les voix de l'UMP et de l'UDI, nous étions devant le Front national." Une manière de répondre à la forfanterie de Nicolas Sarkozy pour qui les départementales ne peuvent être que son propre triomphe. Mais Copé pousse plus loin le bouchon. "L'UMP est un label. J'interroge sur la nécessité de changer de nom." Sarkozy ironise : "Tu t'interroges innocemment, je suppose ?" Avant de charger carrément : "Il ne te vient pas à l'esprit qu'il y a des affaires judiciaires qui te concernent qui justifient qu'on change le nom ?" Copé reste muet, cloué sur place. "Comme sonné", constate un témoin de la scène qui assiste, à la fin de la réunion, à un aparté d'une dizaine de minutes entre Copé et Sarkozy. Sans doute le président actuel de l'UMP s'est-il aperçu qu'il fallait faire un peu de calinothérapie pour apaiser l'ancien président. Les deux hommes se doutaient-ils alors que l'affaire Bygmalion allait rebondir cette même semaine avec la garde à vue...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aerosp le vendredi 3 avr 2015 à 08:54

    En prison tous les 2