UMP: Christian Estrosi candidat à une primaire pour 2017 sauf si Sarkozy... y va

le
0
UMP: Christian Estrosi candidat à une primaire pour 2017 sauf si Sarkozy... y va
UMP: Christian Estrosi candidat à une primaire pour 2017 sauf si Sarkozy... y va

Après Xavier Bertrand, François Fillon, au tour du maire de Nice, Christian Estrosi de penser à l'Elysée. L'ancien ministre, qui a soutenu la candidature de François Fillon lors de l'élection à la présidence de l'UMP en 2012, dit avoir « repris sa liberté depuis un an et demi » et se déclare candidat à la primaire pour 2017. Partisan de Nicolas Sarkozy, il se dit aujourd'hui «prêt» à se ranger derrière l'ancien chef de l'Etat si ce dernier se porte candidat à la présidence de l'UMP et brigue l'Elysée.

Dans un entretien au Monde, vendredi, Christian Estrosi affirme:  «Je ne serai pas candidat à la présidence de l'UMP. En revanche, j'ai décidé de me porter candidat à la primaire pour faire vivre un projet gaulliste. Je veux défendre l'héritage du général de Gaulle, qui reste un trésor autour duquel doit se construire la France d'aujourd'hui et de demain».

Il souhaite notamment que chacun des rivaux «dévoile ses intentions pour que les militants puissent se déterminer en connaissance de cause». Ira t-il jusqu'au bout de sa démarche face aux ténors de l'UMP placés loin dans les sondages, l'élu de Nice l'assure: «Je suis prêt à aller jusqu'au bout, sauf si Nicolas Sarkozy remplit deux conditions. S'il est candidat à la présidence de l'UMP, cela voudrait dire qu'il serait candidat à l'Elysée. Dans ce cas, vu notre longue amitié et ma loyauté à son égard, la logique serait que je le soutienne». Mais, ajoute t-il aussitôt, «je me déterminerai aussi en fonction de ce qu'il proposera pour le pays et verrai si ses propositions sont compatibles avec mes convictions».

D'après lui, il est «important» que Nicolas Sarkozy «fasse connaître ses intentions dans les semaines qui viennent». Et de lancer: «On ne va pas passer trois ans à se demander ce qu'il va faire. Il faut qu'on puisse enfin avancer. S'il n'était pas candidat, nous serions quelques-uns à devoir nous mobiliser pour sauver notre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant