Ultrasons et laser, les armes de la police de demain

le
1
Devant l'engouement pour les Taser et Flash-Ball, les fabricants développent toutes sortes d'autres armes «non létales».

Si les experts parlent d'«armes non létales» ou encore d'arsenal à «létalité réduite», les responsables de forces de l'ordre préfèrent employer la formule de «moyens de forces intermédiaires» tant le sujet est délicat.

À la recherche de l'arme qui stoppe mais ne tue pas, du juste équilibre entre l'usage de la main nue et celui du pistolet, policiers et gendarmes français explorent plus que jamais une troisième voie qui les placerait entre le débonnaire «bobby» anglais et son homologue américain surarmé.

Comme l'a révélé un rapport du Défenseur des droits, Dominique Baudis, jamais les effectifs en tenue, par ailleurs équipés de pistolets automatiques Sig Sauer, n'ont eu autant recours au Taser. En 2012, le pistolet à impulsion électrique Taser X26 a été utilisé à 970 reprises par les unités en «situation opérationnelle». Dans le...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • KAFKA016 le lundi 3 juin 2013 à 13:11

    Ce n'est pas l'armement qui leur manque aux forces de l'ordre !!