Ultime passe d'armes pour le contrôle de PSA

le
0

Le conseil de surveillance examinait dimanche les scénarios d'augmentation de capital. Le constructeur chinois pose ses conditions, l'État fait pression, tandis que Thierry Peugeot souhaite garder le jeu ouvert.

Pression maximale sur les épaules des administrateurs de PSA Peugeot Citroën, qui se réunissent ce dimanche en fin de journée. Car les enjeux montent à mesure que l'on s'approche du dénouement, c'est-à-dire du déclenchement d'une augmentation de capital de l'ordre de 3 milliards d'euros. Formellement, il s'agit ce dimanche d'autoriser le président du directoire Philippe Varin à poursuivre les négociations. Mais derrière cet acte de procédure, ce sont plusieurs questions cruciales qui doivent être tranchées.

La première porte sur les modalités de l'augmentation de capital. À l'automne, on promettait au constructeur en difficulté une recapitalisation en forme de sauvetage, par laquelle l'État français et le groupe Dongfeng, son grand partenaire chi...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant