Ultimatum de la Serbie à la Croatie pour lever son blocus

le , mis à jour à 19:42
0

(Actualisé avec ultimatum serbe) ZAGREB/BATROVCI, Serbie, 22 septembre (Reuters) - Le gouvernement serbe a adressé mardi un ultimatum à la Crotie, donnant à cette dernière jusqu'à mercredi minuit pour lever totalement le blocage du transport de marchandises en provenance de Serbie, au moment où les relations entre les deux ex-républiques yougoslaves se dégradent en raison de la crise des migrants. Le Premier ministre serbe Alexsandar Vucic a annoncé que son gouvernement était prêt à prendre des mesures politiques, juridiques et économiques contre la Croatie, membre de l'Union européenne. Il a précisé qu'il allait poursuivre les discussions avec son homologue croate Zoran Milanovic pour parvenir à un accord. La Croatie a décidé mardi de lever partiellement le blocage qu'elle a imposé sur le transport de marchandises en provenance de Serbie. L'allègement du blocus, qui a créé côté serbe une file de camions de 12 km de long sur l'autoroute reliant les deux pays, ne concerne que les camions transportant des biens périssables, a précisé la radio croate. "Il n'y a pas d'explication rationnelle et logique à l'arrêt du transport de marchandises sur l'un des principaux axes routiers", a estimé le ministre serbe de la Justice, Nikola Selakovic, à la télévision serbe. "Fermer cette route coûte chaque jour des millions de dommages aux entreprises et à l'Etat serbes." Le gouvernement croate a invoqué des motifs de sécurité mais pour les médias locaux il s'agit avant tout de faire pression sur la Serbie pour qu'elle ralentisse le flot des migrants vers la Croatie et les dirige plutôt vers la Hongrie ou la Roumanie. Plus de 30.000 migrants, dont de nombreux réfugiés syriens, sont entrés en Croatie en provenance de Serbie au cours de la semaine écoulée à la suite de la fermeture par la Hongrie de sa frontière avec la Serbie. Plusieurs milliers de migrants étaient regroupés mardi dans un no man's land entre Sid, en Serbie, et Tovarnik, en Croatie, plusieurs centaines d'autres arrivaient dans le village croate de Bapska pour rejoindre un camp d'où les autorités organisent leur transport vers la Hongrie au nord ou la Slovénie à l'ouest. La Croatie, qui dit ne pouvoir faire face à cet afflux, avait déjà fermé la semaine dernière ses autres points de passage frontaliers avec la Serbie. (Branko Filipovic; Jean-Stéphane Brosse et Tangi Salaün pour le service français, édité par Guy Kerivel)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant