Ultimatum de l'armée égyptienne aux partis politiques

le
8
L'ARMÉE DONNE 48 HEURES AUX RESPONSABLES ÉGYPTIENS POUR TROUVER UNE ISSUE À L'IMPASSE POLITIQUE
L'ARMÉE DONNE 48 HEURES AUX RESPONSABLES ÉGYPTIENS POUR TROUVER UNE ISSUE À L'IMPASSE POLITIQUE

par Asma Alsharif et Tom Perry

LE CAIRE (Reuters) - L'armée égyptienne a donné lundi quarante-huit heures aux partis politiques pour s'entendre, faute de quoi elle présentera son propre plan afin de sortir de la crise.

Cet ultimatum de l'armée intervient au lendemain de manifestations monstres qui ont rassemblé à travers le pays des millions de personnes pour exiger le départ du président Mohamed Morsi, issu du mouvement des Frères musulmans et entré en fonction il y a juste un an.

Il revient en fait à demander au chef de l'Etat, accusé de dérive autoritaire par l'opposition libérale, d'accepter de partager le pouvoir.

Dans une déclaration solennelle lue à la télévision, le chef d'état-major de l'armée, le général Abdel Fatah al Sisi, nommé à son poste par Mohamed Morsi, a déclaré la nation en danger, laissant quarante-huit heures aux dirigeants politiques pour "satisfaire les demandes du peuple".

Passé ce délai, si aucune solution permettant d'inclure toutes les forces politiques n'est trouvée, il a prévenu que les militaires présenteraient leur propre "feuille de route" pour régler la crise actuelle.

L'armée, a souligné le général, ne s'impliquera pas directement en politique ou au gouvernement mais elle supervisera la mise en oeuvre de cette feuille de route "avec la participation de toutes les tendances et partis nationaux, dont la jeunesse (révolutionnaire)".

En début de soirée, Mohamed Morsi a rencontré le général Sisi, en présence du Premier ministre.

"UNE OCCASION HISTORIQUE"

Les partisans de Morsi ont laissé éclater leur colère face à l'ultimatum de l'armée. "L'époque des coups d'Etat militaires est révolue", a dit Yasser Hamza, l'un des dirigeants du Parti de la liberté et de la justice (PLJ), émanation des Frères musulmans.

L'opposition, elle, n'a pas caché sa satisfaction. La foule a exulté quand des hélicoptères de l'armée ont survolé la place Tahrir au Caire en déployant des drapeaux égyptiens. Dimanche déjà, des drapeaux avaient été lancés d'un hélicoptère aux opposants rassemblés dans ce haut lieu de la révolution de 2011.

La déclaration des militaires a aussi été saluée par des acclamations de la part des manifestants anti-Morsi rassemblés devant le palais présidentiel et louée par le Front de salut national (FSN), principale coalition d'opposants, qui réclame depuis des mois la formation d'un gouvernement d'union nationale.

Pour l'ancien ministre des Affaires étrangères et ex-candidat libéral à l'élection présidentielle Amr Moussa, l'annonce de l'armée répond aux voeux de la population. "C'est une occasion historique qu'il ne faut pas laisser passer", a-t-il dit.

Deuxième formation islamique au parlement, le parti salafiste Nour, favorable à un compromis entre Morsi et l'opposition, a dit craindre un retour de l'armée dans la vie publique - "et pas pour faire de la figuration".

En signe de solidarité avec les manifestants, cinq ministres dont celui du Tourisme ont présenté leur démission. Aucun n'est issu des Frères musulmans.

AU MOINS SEIZE MORTS DIMANCHE

Avant l'ultimatum de l'armée, les opposants avaient donné à Morsi jusqu'à mardi 17h00 (15h00 GMT) pour annoncer sa démission et menaçaient sinon d'organiser dans la soirée de mardi une marche géante en direction du palais présidentiel.

Bien qu'elles se soient déroulées globalement dans le calme, les gigantesques manifestations de dimanche ont donné lieu à des débordements qui ont fait au moins 16 morts et près de 800 blessés dans le pays.

Les heurts les plus graves se sont produits dans la banlieue du Caire, où le siège des Frères musulmans a été partiellement incendié, puis saccagé en fin de nuit par des centaines de jeunes gens armés de cocktails Molotov, auxquels les gardes ont répliqué par des tirs à balles réelles. Ces affrontements ont fait au moins huit morts et une centaine de blessés.

Face à la multiplication des attaques contre les sièges de la confrérie, le porte-parole des Frères musulmans Gehad El Haddad, déplorant la passivité des forces de sécurité, n'a pas exclu la reconstitution des "comités d'autodéfense" créés durant la révolution de 2011.

En visite en Tanzanie, le président américain Barack Obama a demandé au gouvernement égyptien d'accélérer la mise en place des réformes démocratiques et de travailler avec l'opposition pour trouver une solution pacifique à la crise, soulignant que l'aide américaine au Caire dépendait de tels critères.

Avec Asma Alsharif, Alexander Dziadosz, Shaimaa Fayed, Maggie Fick, Alastair Macdonald, Shadia Nasralla, Tom Perry,; Yasmine Saleh, Paul Taylor et Patrick Werr; Tangi Salaün et Guy Kerivel pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fbordach le lundi 1 juil 2013 à 22:24

    Allez, hop un petit coup d'état pour mettre de l'ordre là dedans... Rendez vous dans 48 heures!

  • M8637171 le lundi 1 juil 2013 à 18:55

    La démocratie ce n'est pas des élections montées hativement où des personnes se font élire en cachant leurs véritables objectifs. Ils ont été élus, ils ont trahi leur engagement. Ils veulent imposer une dictature islamiste. le peuple démasquent leur intention n'en veut pas.ils doivent être chassés y compris avec l'aide de l'armée.

  • zouta le lundi 1 juil 2013 à 12:39

    Ama, éloigné vous du diable occidento avant ke votre pays et famille détruit. paceke sont des non humains.

  • zouta le lundi 1 juil 2013 à 12:37

    regarde aujd le gay fête. est même devenu une symbole de la démocratie de bien etre. est ce cé du sagesse? plus personne se pose comme qtion? si ce n'est pas le diable ki déguisé? et ca fera un jour malheur de pays conventionné et forte traditionnelle, et cé aussi le bute des occidento de détruire et nuire des autres. cé un programmation ki met en place déjà.

  • imozen le lundi 1 juil 2013 à 12:32

    L'apprentissage de la démocratie reste à venir : le gouvernement en place a été élu.

  • zouta le lundi 1 juil 2013 à 12:31

    er fois dans histoire humains, sont occidento ki corrumpte la foi humains. exemple, le chiffre 13, aujd devenu chiffre porte chance, ils achètent des loto avec... Tout le monde veut resemble au diable, parfois on transforme ca figure. diable est équivalent de dieux. la sexualité, devenu bestiole. aujd devenu même un droit, pour des truc ki contre la nature, et meme encourage les gens devenu et affirme par des raisons contestations, et non par la raison dans le monde. gay, cé US en 1er.

  • zouta le lundi 1 juil 2013 à 12:27

    comme aujd, libye, irak, syrie etc... musul et alors? mais au moins avant les gens peuvent vivre normalement. et les enfants ont éducation. et cé éducation ki changera le pays. aujd tout est cassé? ki en profite, certain et occidento. et ca ils réveille tjrs pas. pauvre ignorant, kan tu réveillera avec ta sagesse, ke occidento ne sont pas des humains, cé des aliens et diable incarné. ils vous trompent.

  • zouta le lundi 1 juil 2013 à 12:23

    pauvre Égypte! tous ca,cé encore occidento met dans leur tete ke le modèle démocratie occidento est meilleur, leur donne liberté etc... mais kan t'as rien, tu dois commencer par organisation avant etre égoïste de chacun non? si un pays n'a pas une équipe ki gère et tout le monde veut parler? ki gère ki? des anarchie. ca, eux tjrs pas compris ke démocratie, la la méthode manipulation occidento.