Ulster-Décès de l'ancien dirigeant unioniste Ian Paisley

le
0

(Précisions) BELFAST, 12 septembre (Reuters) - Le révérend Ian Paisley, ancien chef de file des unionistes protestants d'Irlande du Nord, est mort à l'âge de 88 ans, a annoncé vendredi le Parti unioniste démocrate (DUP). Fondateur du DUP en 1971, il a été Premier ministre d'Irlande du Nord en 2007 et 2008, avant de se retirer de la politique en raison notamment de problèmes de santé. Connu pour ses déclarations fracassantes, Ian Paisley avait été surnommé "Docteur No" en raison de son intransigeance envers les partis catholiques d'Irlande du Nord, avec lesquels il a longtemps refusé de négocier. En trente ans, les affrontements en Irlande du Nord - les "troubles" - ont fait plus de 3.600 morts. A la fin de sa carrière politique, après des années marquées par le refus de toute concession aux catholiques, il avait finalement noué des liens avec les républicains du Sinn Féin et s'était même pris d'amitié pour Martin McGuinness, ancien membre de l'IRA (Armée républicaine irlandaise) devenu à ses côtés vice-Premier ministre d'Irlande du Nord. "Ian était l'une des personnalités politiques les plus éminentes d'Irlande du Nord et sa contribution a été immense", a déclaré à la BBC son successeur à la tête de la province, Peter Robinson. "Même ceux qui n'aimaient pas ses idées politiques l'appréciaient en tant que personne." APAISEMENT Ian Paisley avait refusé de participer aux négociations de paix qui devaient aboutir en avril 1998 à l'"accord du Vendredi saint" entre catholiques et protestants, avancée historique vers la fin du conflit. Il avait dénoncé cet accord qui selon lui "bradait" les intérêts de la communauté protestante d'Irlande du Nord. Aussi, quand il devint Premier ministre de la province en 2007, rares étaient ceux qui osaient croire à un apaisement. Mais une fois en poste, avec Martin McGuinness à ses côtés, ce fut la surprise. "Je crois que nous avons stupéfié le monde: nous avons démontré que lui, homme politique pro-britannique, pro-unioniste, pouvait travailler en bonne intelligence avec moi, un républicain irlandais", a déclaré Martin McGuinness vendredi à la radio-télévision irlandaise (RTE). "Une amitié est née à ce moment et elle a duré jusqu'à ce jour", a-t-il ajouté. Au plus fort du conflit nord-irlandais, dans les années 1970 et 1980, Ian Paisley s'est souvent fait remarquer par ses déclarations contre les "papistes". Lors de la visite du pape Jean Paul II au Parlement européen en 1988, cet homme imposant (il mesurait 1,96 m) à la voix de stentor avait fait scandale en dénonçant la venue à Strasbourg de "l'Antéchrist". Ian Paisley et son épouse Eileen, qui lui survit, ont eu cinq enfants. (Padraic Halpin et Conor Humphries, Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant