Ulcan, un "hacktiviste" fier de l'être et qui inquiète

le
0
Ulcan, un "hacktiviste" fier de l'être et qui inquiète
Ulcan, un "hacktiviste" fier de l'être et qui inquiète

Le hacker pro-israélien Grégory Chelli, plus connu sous le nom d'Ulcan, revendique avec fierté le piratage de sites propalestiniens ou de médias, poussant même le sentiment d'impunité jusqu'à harceler certaines de ses cibles.Ce trentenaire, qui se présente sur Twitter comme un "militant sioniste", serait basé dans la station balnéaire d'Ashdod, en Israël. Il utilise ce réseau social pour vanter ses exploits de pirate du web. Son compte, @ulcan_violvocal, a été suspendu mardi par Twitter, pour non-respect des conditions d'utilisation. Un autre compte, @ulcan_vv, a vu le jour peu après.Actif depuis plusieurs années sur la toile, où il s'en prend aux sites propalestiniens, il s'est fait connaître du grand public ces dernières semaines après une série d'attaques contre le site d'information Rue89 (groupe Le Monde), qui avait publié un portrait qui lui avait déplu, fin juillet."Il déroule toute la panoplie du parfait +hacktiviste+ (contraction de hacker et activiste, NDLR)", explique à l'AFP un expert en sécurité informatique qui souhaite rester anonyme. "Il fait ce qu'on appelle du déni de service. Le site s'écroule parce qu'il reçoit beaucoup plus de requêtes qu'il n'en a l'habitude"."Il fait aussi du +défacement+, en modifiant la page d?accueil de sites", ajoute cet expert qui évoque également le "doxing" et le "swating", pratiques consistant à dévoiler des informations privées sur internet et à dénoncer un crime imaginaire pour faire intervenir la police chez quelqu'un. "Ce qui est assez rare, c'est qu'il révèle son identité, d'habitude, les hacktivistes sont dans l'anonymat. Il a un sentiment d'impunité", souligne-t-il. Ces actes de piratage, qui ont paralysé temporairement le site Rue89 à plusieurs reprises, ont conduit à l'ouverture d'une information judiciaire, vendredi par le parquet de Paris, après le dépôt de plusieurs plaintes. - ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant