Ukraine : violents heurts entre pro-Européens et policiers à Kiev

le
0
Ukraine : violents heurts entre pro-Européens et policiers à Kiev
Ukraine : violents heurts entre pro-Européens et policiers à Kiev

L'opposition ukrainienne ne faiblit pas. Réunis sur la place de l'Indépendance, les détracteurs du président pro-Russie Viktor Ianoukovitch étaient encore environ 100 000 à manifester dans le centre de Kiev ce dimanche après-midi pour réclamer sa démission, des élections anticipées, ainsi que la reprise d'un rapprochement avec l'Union européenne. Ils ont bravé l'interdiction de manifester dans des lieux symboliques de la capitale promulguée samedi soir, à l'issue d'une journée de violente répression de protestataires par les forces de l'ordre. Déterminés à renverser le régime, ils ont réussi à prendre le contrôle des locaux de la mairie de Kiev en fin d'après-midi, selon un porte-parole de la police.

Malgré la condamnation de la répression pde samedi ar le chef de l'Etat lui-même, qui s'est dit «profondément indigné» dans un communiqué, les violences ont continué ce dimanche. Selon un journaliste de l'AFP sur place, trois manifestants ont été blessés ce diamanche, dont l'un souffre d'un traumatisme crânien. Il fait également état de trois reporters, dont deux photographes de l'AFP et un cameraman de la chaîne Euronews, blessés. Un porte-parole de la police affirme de son côté qu'une centaine de policiers ukrainiens ont été blessés, sans faire mention de victimes dans le rang des opposants.

VIDEO. Ukraine : des dizaines de milliers de manifestants pro-UE à Kiev

Des centaines de jeunes protestataires, dont la plupart portait des cagoules ou des masques médicaux, ont provoqué des incidents en jetant des pierres sur les forces anti-émeute. Quant aux forces de l'ordre, elles ont utilisé des grenades assourdissantes à plusieurs reprises contre les manifestants. L'un des leaders de l'opposition, le champion du monde de boxe et chef de file du parti Oudar, Vitali Klitschko, a appelé les manifestants à «ne pas céder aux provocations» des fauteurs de trouble. «Je vous demande d'être très ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant