Ukraine : violences à Kiev, 3 morts et 150 blessés parmi les manifestants

le
0
Ukraine : violences à Kiev, 3 morts et 150 blessés parmi les manifestants
Ukraine : violences à Kiev, 3 morts et 150 blessés parmi les manifestants

La tension est à son maximum à Kiev, la capitale ukrainienne. Des affrontements opposant policiers et manifestants ont éclaté ce mardi matin, alors que plus de 20.000 manifestants se dirigeaient vers le parlement, qui doit examiner une réforme constitutionnelle réduisant les pouvoirs présidentiels. Plusieurs manifestants occupaient également le siège du Parti du président Viktor Ianoukovitch. Entre 200 et 300 d'entre eux ont jeté des pavés et des cocktails molotov sur ce bâtiment dont ils ont brisé plusieurs vitres. Ils ont ensuite forcé avec une hache l'entrée dans un garage situé dans la cour de l'immeuble.

Les policiers ont tiré sur les manifestants des balles en caoutchouc et des grenades assourdissantes et ont eu recours au gaz lacrymogène, après des jets de pavés. Trois manifestants ont été tués par balles, selon le service médical de l'opposition, et au moins 150 autres ont été blessés, dont 30 sérieusement atteints. Un manifestant a eu la main amputée, d'autres souffrent de traumatismes crâniens et de blessures aux bras et aux jambes dus principalement aux grenades assourdissantes, selon les mêmes sources. La police avait auparavant fait état de 37 blessés dans ses rangs.

Il s'agit des premiers affrontements à Kiev depuis ceux de la fin janvier qui avaient fait quatre morts et plus de 500 blessés. Les milliers de manifestants se sont arrêtés à 200 mètres du Parlement, bloqués par les cordons des troupes de l'Intérieur et des policiers anti-émeute. Le service d'ordre de l'opposition sur Maïdan, la place de l'Indépendance, occupée depuis près de trois mois par les manifestants hostiles au régime du président Viktor Ianoukovitch, tentait d'éviter une confrontation directe entre les manifestants les plus radicaux et les policiers.

Le pouvoir accusé de céder aux pressions de Moscou

«Notre objectif est d'encercler le Parlement, de le bloquer pour ne pas laisser les députés nommer un Premier ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant