Ukraine : une Américaine ministre des Finances, un Lituanien à l'Economie

le
0
Ukraine : une Américaine ministre des Finances, un Lituanien à l'Economie
Ukraine : une Américaine ministre des Finances, un Lituanien à l'Economie

L'Ukraine s'est dotée mardi d'un nouveau gouvernement pro-occidental et international...  Y sont nommés, une Américaine, un Géorgien et un Lituanien (naturalisés ukrainiens dans la matinée)  à des postes clé, censés aider le pays à sortir d'une grave crise économique et faire face au sanglant conflit armé dans l'Est. Ces nominations surviennent alors que, sur le terrain, des trêves ont été annoncées dans les combats entre les séparatistes pro-russes et l'armée ukrainienne dans la zone de l'aéroport de Donetsk et dans la région de Lougansk, les points les plus chauds.

«Nous devons intégrer dans notre gouvernement les meilleures compétences internationales», a déclaré le président Petro Porochenko. Natalie Jaresko, une Américaine d'origine ukrainienne ayant travaillé pour le Département d'Etat américain et pour un fonds d'investissement ukrainien financé par le Congrès américain, se retrouve ainsi ministre des Finances. Le Lituanien Aivaras Abromavicius, co-dirigeant d'un fonds d'investissement suédois, devient ministre de l'Economie, et le Géorgien Alexander Kvitachvili, ex-ministre de la Santé en Géorgie, hérite du ministère de la Santé.

Les étrangers a priori moins corrompus

La semaine dernière, le président avait déjà proposé qu'un étranger soit nommé à la tête du nouveau bureau de lutte contre la corruption, un mal endémique dans cette ex-république soviétique, en estimant qu'un étranger aurait un avantage considérable : «L'absence de liens avec l'élite politique ukrainienne».

Au cours d'un débat-marathon au Parlement, les députés ont également reconduit les ministres de la Défense Stepan Poltorak et des Affaires étrangères Pavlo Klimkine. Porochenko a salué leur rôle dans «la défense de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'Ukraine», qui a perdu la Crimée annexée en mars à la Russie et qui combat une rébellion armée prorusse dans l'Est depuis sept mois, un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant