Ukraine : un proche du président évoque des élections anticipées

le
0
Ukraine : un proche du président évoque des élections anticipées
Ukraine : un proche du président évoque des élections anticipées

Alors que les opposants au président ukrainien Ianoukovitch maintiennent leur mobilisation, un de ses proches n'exclut pas de discuter d'élections anticipées. «Nous devons mener des pourparlers, nous asseoir à la table des négociations, et en discuter quand seront présentées des propositions», a déclaré le premier vice-Premier ministre, Serguï Arbouzov, dans un entretien mis en ligne mercredi soir sur le site de la chaîne de télévision Kanal 5, interrogé sur l'une de ses principales revendications des manifestants, l'organisation d'élections anticipées présidentielle et législatives.

Cette déclaration est intervenue à la veille de l'ouverture, ce jeudi à Kiev, d'un sommet ministériel de deux jours de l'OSCE. Prévu de longue date, ce sommet risque d'être dominé par la crise politique en Ukraine et les échanges tendus entre Russes et Occidentaux, qui s'accusent mutuellement d'ingérence dans cette ancienne république soviétique. Une trentaine de délégations seront présentes, dont le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie allemande Guido Westerwelle, et les responsables de plusieurs pays de l'UE dont la Pologne, en pointe dans les efforts pour arrimer ce pays à l'Europe.

John Kerry absent à la réunion de l'OSCE, Viktot Ianoukovitch en visite en Chine

John Kerry, le chef de la diplomatie américaine, a annulé sa présence à la réunion de l'OSCE. Mais, en visite mercredi en Moldavie, il a apporté un soutien appuyé à l'opposition ukrainienne, en déclarant que les Ukrainiens devaient avoir «la possibilité de choisir (leur) avenir». Ses déclarations se heurtent à celles du ministre russe, Sergueï Lavrov, qui a accusé la veille les Occidentaux d'envoyer un «mauvais message» aux Ukrainiens.

VIDEO. Ukraine : Lavrov dénonce les critiques de l'Otan

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, arrivé à Kiev mercredi soir, y a eu des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant