Ukraine : un hôpital bombardé à Donetsk, l'UE réclame une trêve

le
1
Ukraine : un hôpital bombardé à Donetsk, l'UE réclame une trêve
Ukraine : un hôpital bombardé à Donetsk, l'UE réclame une trêve

Quatre personnes ont été tuées ce mercredi lors du bombardement d'un hôpital à Donetsk, fief des séparatistes pro-russes dans l'est de l'Ukraine. Ces nouvelles victimes portent à 12 le bilan des morts en 24 heures, dont 8 civils et 4 soldats ukrainiens. 

Les séparatistes pro-russes poursuivent notamment leur offensive à Debaltseve, une ville stratégique située à 50 km au nord-ouest de Donetsk, toujours sous contrôle ukrainien mais menacée d'encerclement. Des duels d'artillerie opposent aussi l'armée ukrainienne aux rebelles le long de la ligne de front, faisant plusieurs dizaines de victimes civiles chaque jour. Au total, le conflit a fait plus de 5 300 morts en dix mois, selon l'ONU.

VIDEO. En Ukraine, les séparatistes veulent mobiliser 100 000 hommes.

Rencontre Merkel-Obama

Face à la situation qui ne cesse d'empirer pour les civils, la chef de la diplomatie de l'Union européenne Federica Mogherini a appelé mercredi à une trêve immédiate. «Les civils doivent pouvoir quitter la zone de conflit en toute sécurité», a-t-elle déclaré dans un communiqué, demandant à «une trêve locale temporaire d'au moins trois jours, prenant immédiatement effet» autour de Debaltseve. La population de cette ville est passée de 25 000 à 7 000 personnes en quelques jours, a affirmé Amnesty International.

Selon le ministre des Affaires étrangères ukrainien, Pavlo Klimkine, la semaine qui vient s'annonce décisive alors qu'il se rendra en compagnie du président ukrainien Petro Porochenko à Munich (Allemagne) pour une Conférence internationale sur la sécurité où les deux hommes s'entretiendront avec Angela Merkel et le vice-président américain Joe Bidden.

Angela Merkel s'envolera ensuite pour Washington, une rencontre qualifiée mercredi par M. Klimkine «d'importante afin de définir une ligne politique claire avec Barack Obama» avant une rencontre des chefs d'Etat européens prévue à Bruxelles le 12 février.

La ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dlombert le mercredi 4 fév 2015 à 18:45

    C'est une bavure, ils visaient la maternité. .