Ukraine : un deuxième convoi humanitaire russe livre de l'aide aux séparatistes

le
0
Ukraine : un deuxième convoi humanitaire russe livre de l'aide aux séparatistes
Ukraine : un deuxième convoi humanitaire russe livre de l'aide aux séparatistes

Alors qu'un deuxième convoi humanitaire russe a livré samedi 2.000 tonnes d'aide aux régions séparatistes du sud-est de l'Ukraine selon la télévision Rossia 24, les accusations pleuvent dans les deux camps. Moscou accuse Washington de vouloir «couper les liens économiques» entre l'UE et la Russie. De son côté, Kiev accuse Vladimir Poutine de vouloir «éliminer» l'Ukraine.

Deuxième convoi : 70 camions déchargés. Quelque 2 000 tonnes de «nourriture, de médicaments et de vêtements chauds, de carburant e» ont notamment été livrés à Lougansk, une importante ville du Donbass, selon un présentateur de Rossia 24. Selon la chaîne, le convoi compte plus de 300 poids-lourds au total. Le premier convoi d'aide russe, fin août, avait suscité la méfiance de Kiev. L'accord de cessez-le-feu signé la semaine dernière à Minsk entre l'Ukraine et les séparatistes incluait l'envoi d'aide humanitaire dans l'est de l'Ukraine où des centaines de milliers d'habitants souffrent de pénuries d'électricité et d'eau courante alors que leurs maisons ont été gravement endommagées par les combats entre forces loyalistes et séparatistes. Ces convois constituent néanmoins un élément de pression sur l'Ukraine.

VIDEO. Fuir ou rentrer chez soi ? L'errance des Ukrainiens du Donbass

Selon Moscou, Washington veut «couper les liens économiques» entre l'UE et la Russie. «L'Amérique veut profiter de la situation actuelle pour couper les liens économiques entre l'Europe et la Russie» notamment pour imposer à l'UE ses livraisons de gaz dont les prix sont nettement supérieurs à ceux du gaz russe, a affirmé samedi le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov. Washington souhaite «s'assurer les conditions les plus favorables dans le cadre des négociations sur la création d'un partenariat transatlantique commercial et d'investissement», a-t-il estimé.

Kiev : «Poutine veut toute l'Ukraine». A Kiev, le Premier ministre ukrainien Arseni ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant