Ukraine : un convoi de réfugiés visé par une roquette

le
0
Ukraine : un convoi de réfugiés visé par une roquette
Ukraine : un convoi de réfugiés visé par une roquette

L'attaque s'est produite à proximité du village de Novosvitlivka. Plusieurs passagers d'un bus ont trouvé la mort dans des tirs de mortiers et de roquettes, selon un porte-parole militaire ukrainien. Le véhicule transportait des réfugiés, dont des femmes et des enfants, dans la région de Lougansk -bastion pro-russe- à l'est de l'Ukraine. Si le nombre exact de victimes reste encore inconnu, des «douzaines» auraient trouvé la mort, selon Andriy Lysenko, un porte parole du Conseil de sécurité ukrainien.

L'armée loyaliste et les séparatistes prorusses, qui s'affrontent depuis plusieurs mois dans la région, s'accusent mutuellement de l'attaque. «La force de l'explosion sur le convoi a été telle que les gens ont été brûlé vifs dans les véhicules, il leur a été impossible de s'extirper», raconte le porte-parole militaire Anatoly Proshin. Cette attaque est un «crime sanglant», lâche l'Ukrainien.

De leur côté les rebelles nient toute implication dans l'attentat. Le Premier ministre de la République de Donetsk affirme que ses troupes «n'ont pas la capacité» de mener à bien une telle opération, selon Reuters.

Des milliers d'habitants ont fui les combats à l'est de l'Ukraine (AFP)

2 086 morts depuis le début du conflit

L'est de l'Ukraine est le théâtre d'une guerre sanglante entre armée loyaliste et rebelles pro-russes, dont les civils paient cher le prix. Le nombre de morts a été multiplié par deux les quinze premiers jours d'août, atteignant un total de 2 086, selon le Haut Commissariat des Nations unies (HCR) pour les droits de l'homme. Il y a eu également 4 953 blessés, dont au moins 30 enfants.

Ce bilan tient compte des victimes au sein des forces armées, des groupes armés et parmi la population civile. Les combats ont également provoqué des exodes massifs. Fin juillet, le HCR indiquait que 100 000 Ukrainiens de l'Est avait fui leurs maisons et près de 130 000 autres auraient fui en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant