Ukraine : un avion militaire touché par des tirs depuis une ville séparatiste

le
0
Ukraine : un avion militaire touché par des tirs depuis une ville séparatiste
Ukraine : un avion militaire touché par des tirs depuis une ville séparatiste

Un avion militaire ukrainien a été touché mardi par des tirs depuis Slaviansk, ville de l'est de l'Ukraine aux mains des insurgés pro-russes.

Le ministère ukrainien de la Défense précise que «des inconnus ont tiré sur l'avion AN-30 des forces aériennes ukrainiennes qui effectuait un vol d'observation au-dessus de Slaviansk. Il a été touché par plusieurs balles». L'avion a toutefois atterri sans incident, indique un communiqué du ministère ukrainien de la Défense.

Le président ukrainien par interim Olexandre Tourtchinov a annoncé mardi la reprise de l'opération «antiterroriste» lancée contre les séparatistes de l'Est et suspendue avant Pâques, après la découverte de deux corps portant des signes de "torture".

«J'exige des forces de sécurité la reprise (...) des opérations antiterroristes, destinées à défendre des terroristes les citoyens ukrainiens, qui vivent dans l'Est de l'Ukraine», a-t-il dit dans un communiqué. M. Tourtchninov explique avoir pris cette décision après la découverte de deux corps, dont l'un semble appartenir à un élu local du parti pro-occidental Batkivchtchina de Ioulia Timochenko, auquel il appartient également.

Escalade dans l'est de l'Ukraine

Depuis plusieurs jours, l'est du pays est en proie à de vives tensions, opposant séparatistes et nationalistes ukrainiens. Les pro-russes gagnent du terrain dans plusieurs villes, à l'image de Donetsk, Slaviansk, kramatorsk, Mariupol, Louhansk ... Dimanche dernier, la tension est montée d'un cran près de Slaviansk. Quatre insurgés pro-russes ont été tués dans une fusillade, provoquant la colère de la population locale.

Jeudi dernier pourtant, l'Ukraine, la Russie, les Etats-Unis et l'Union européenne avaient signé un accord à Genève. Le texte prévoyait le désarmement des groupes armés illégaux et l'évacuation des bâtiments occupés.

L'accord impliquait aussi que le processus constitutionnel annoncé par le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant