Ukraine : un an après Maïdan, le pays toujours en guerre

le
0
Ukraine : un an après Maïdan, le pays toujours en guerre
Ukraine : un an après Maïdan, le pays toujours en guerre

En se rendant il y a un an, le 21 novembre, à un rassemblement sur le Maïdan, la place de l'Indépendance, dans le centre de Kiev (Ukraine), les manifestants ne pensaient certainement pas y rester si longtemps, y établir un siège et cristalliser les profondes divisions entre les Ukrainiens pro-Russes et les pro-Européens. A la révolution succèdera en effet l'annexion de la Crimée par la Russie, puis un conflit qui a fait plus de 4 100 morts dans l'est du pays, tombé sous le contrôle de séparatistes.

Aujourd'hui, malgré le changement de gouvernement, le conflit continue dans certaines zones. Ce jeudi encore, des observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), chargés de surveiller l'application de la trêve dans l'est de l'Ukraine, ont été la cible de tirs par des hommes en uniforme.

Un millier de tués depuis le cessez-le-feu

L'incident s'est produit dans une zone sous contrôle de l'armée ukrainienne, à 15 km à l'ouest de Donetsk, bastion des séparatistes pro-Russes, sans faire de victime. D'autres, auparavant, avaient été plus meurtriers. Selon l'ONU, un millier de personnes sont mortes depuis la trêve du 5 septembre à Minsk. Malgré la signature de ce cessez-le-feu, à la mi-octobre, des rencontres entre les présidents ukrainien Porochenko et russe Vladimir Poutine échouent en effet à accoucher d'un règlement du conflit, et les combats se poursuivent dans certains points chauds, notamment l'aéroport de Donetsk.

En un an, la révolution ukrainienne s'est très largement répercutée sur la scène politique internationale. La semaine dernière, lors du G20 en Australie, les Occidentaux ont mis la pression sur le président russe, Vladimir Poutine, à propos des agissements de son pays dans l'est de l'Ukraine. Lundi, les ministres des Affaires étrangères de l'UE se sont réunis pour renforcer les sanctions contre la Russie et, parallèlement, essayer de la ramener à la table des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant