Ukraine : trêve pour évacuer des civils, Hollande et Merkel en Russie

le
1
Ukraine : trêve pour évacuer des civils, Hollande et Merkel en Russie
Ukraine : trêve pour évacuer des civils, Hollande et Merkel en Russie

L'est de l'Ukraine continue de s'enfoncer dans la violence. Le nombre de victimes, y compris civiles, augmente dans le conflit qui oppose les séparatistes prorusses et les forces loyales à Kiev, la capitale ukrainienne.

Ce vendredi, une trêve humanitaire de quelques heures a été décidée dans la ville de Debaltseve. Sur le plan diplomatique, le président de la République, François Hollande, la chancelière allemande, Angela Merkel, et le président russe, Vladimir Poutine, discutent d'un plan de paix à Moscou (Russie).

Trêve à Debaltseve. Kiev et les rebelles prorusses ont conclu une trêve pour évacuer ce vendredi les civils de Debaltseve, l'un des points les plus chauds du conflit dans l'est de l'Ukraine, ont annoncé les deux camps. Un responsable séparatiste, Edouard Bassourine, a  précisé qu'elle était en vigueur, heure de Paris, de 9 heures à 16 heures. Debaltseve est un n½ud stratégique qui relie les capitales rebelles de Donetsk et de Lougansk, et qui est le théâtre, depuis plusieurs semaines, de combats entre séparatistes et forces ukrainiennes. L'organisation de défense des droits de l'homme Amnesty international a annoncé cette semaine que la plupart des 25 000 habitants avaient fui la ville.

Hollande et Merkel à Moscou. François Hollande et Angela Merkel doivent rencontrer cet après-midi, à Moscou, le président russe, Vladimir Poutine. Les deux dirigeants européens arrivent avec une proposition de paix. Il s'agit en fait d'une «contre-proposition» de plan de paix, Vladimir Poutine ayant soumis il y a quelques jours, selon plusieurs sources, des idées à Angela Merkel et François Hollande. Ces derniers en ont alors fait part mercredi aux Etats-Unis et à l'Ukraine, et ont dans la foulée préparé leurs contre-propositions.

Avant son départ pour la Russie, François Hollande a déclaré que «le premier pas doit être le cessez-le-feu. Mais il ne peut pas suffire et il faut aller chercher un règlement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • du-guesc le vendredi 6 fév 2015 à 11:48

    l'escalade de la violence guerrière mène à la ruine des économies et à l'hostilité des populations qui restent en place pendant bien longtemps, en plus ça entraine la méfiance des pays pacifiques , la Russie fait une grave erreur de transformer un grave souci de paiements en conflits armé pour reprendre le contrôle d'une économie voisine . Il y a d'autres solutions que la guerre, les chinois montrent l'exemple de façon économique, les russes pourraient faire de même s'ils le voulaient.