Ukraine: sur #euromaidan, la mobilisation passe par les réseaux sociaux

le
0
Ukraine: sur #euromaidan, la mobilisation passe par les réseaux sociaux
Ukraine: sur #euromaidan, la mobilisation passe par les réseaux sociaux

Appels à la mobilisation, entraide pour le transport ou le logement: internet et les réseaux sociaux se sont imposés comme les vecteurs essentiels de la contestation pro-européenne en Ukraine, surnommée sur la toile #euromaidan.Comme un slogan, ce "hashtag", mot-clé dans le jargon des réseaux sociaux, a été peint en grosses lettres sur un mur qui domine la place de l'Indépendance, "Maïdan Nezalejnosti" de son nom ukrainien, coeur de la contestation depuis trois semaines.Les réseaux sociaux ont démontré leur capacité à mobiliser dans la nuit de mardi à mercredi, quand l'arrivée des forces anti-émeutes à deux heures du matin a provoqué l'afflux de 10.000 manifestants.Les messages, d'abord alertant de l'imminence de l'assaut, puis des appels à la mobilisation, se sont multipliés, relayés par les comptes sympathisants du mouvement, comme EuroMaydan sur Facebook (156.000 abonnés) ou sur Twitter @EuroMaydan (16.800 abonnés) et @euromaidan (20.000)."L'information sur Facebook se répand beaucoup plus vite que dans les médias traditionnels comme la télévision ou les journaux", confirme Irina Moukhina.Cette militante fait partie de l'équipe qui anime la page Facebook "Evromaidan SOS" (27.000 abonnés) dans un appartement de Kiev, dont elle demande de garder l'adresse secrète.Créée "en cinq minutes" par des militants des droits de l'homme et des juristes, la page était destinée au départ à venir en aide aux opposants blessés lorsque la police anti-émeutes a violemment dispersé une manifestation d'étudiants le 30 novembre. Elle se fait désormais plus largement le relais de l'organisation du mouvement."Sans les réseaux sociaux, jamais ils n'auraient réussi à réunir 10.000 personnes en une heure!", constate, au sujet de l'assaut de la police mercredi, Andriï Taranov, qui travaille à Kiev dans une société spécialisée dans l'analyse des médias.Avec des amis dans le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant