Ukraine : sanctions européennes dès vendredi, Moscou va répliquer

le
0
Ukraine : sanctions européennes dès vendredi, Moscou va répliquer
Ukraine : sanctions européennes dès vendredi, Moscou va répliquer

L'Union européenne maintient la pression sur Moscou. Après trois jours de tergiversations, les 28 pays membres de l'UE ont trouvé jeudi un accord pour que les sanctions économiques contre la Russie entrent en vigueur vendredi.

Alors qu'une amorce de détente se dessine sur le terrain après la proclamation d'un cessez-le-feu vendredi 5 septembre, les troupes russes sont toujours en nombre à la frontière et les rebelles pro-russes contrôlent désormais la frontière jusqu'à la mer d'Azov.

Accord entre Européens pour renforcer les sanctions contre la Russie. Adoptées formellement lundi soir, ces mesures entreront en vigueur vendredi selon l'accord conclu par les ambassadeurs des 28 pays de l'UE. Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, doit «expliquer» dans la journée la décision sans détailler toutefois les mesures, qui ne seront connues que lors de leur publication au Journal officiel de l'UE vendredi. 

Ces nouvelles sanctions, dont le principe a été décidé le 30 août après une escalade dans l'est de l'Ukraine, doivent notamment restreindre l'accès aux marchés des capitaux pour les grandes compagnies pétrolières russes Rosneft et Transneft, ainsi que pour la branche pétrolière du géant gazier Gazprom. Elles doivent aussi ajouter quelques dizaines de noms à la centaine de personnalités russes et ukrainiennes pro-russes objets de sanctions ciblées, gel des avoirs et interdiction de visas.

Jeudi, un conseiller du Kremlin a assuré que la Russie avait préparé de nouvelles mesures de rétorsion pour répondre à ces sanctions. «Le ministère de l'Economie a déjà préparé, d'après ce que je sais, la liste des produits» qui seraient visés par ces nouvelles mesures en plus des produits alimentaires déjà sous embargo, a déclaré Andreï Belooussov à l'agence publique Ria-Novosti. «Mais j'espère que le bon sens prendra le dessus et que nous ne seront pas contraints d'adopter ces mesures».

...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant