Ukraine : rencontre tendue entre Lavrov et Kerry

le
0
Ukraine : rencontre tendue entre Lavrov et Kerry
Ukraine : rencontre tendue entre Lavrov et Kerry

Après les accusations, les explications. Les ministres des Affaires étrangères russe et américain, Sergueï Lavrov et John Kerry, se sont rencontrés ce lundi à Genève (Suisse), alors que les Etats-Unis accusent la Russie de mentir sur son rôle en Ukraine. Sur le terrain, les violations du cessez-le-feu sont de moins en moins fréquentes, même si la ville de Marioupol pourrait être la prochaine cible des prorusses, alors que le conflit a déjà fait 6 000 morts depuis avril 2014.

Une réunion sur les livraisons de gaz de la Russie à l'Ukraine doit également avoir lieu ce lundi, alors que le géant russe Gazprom a commencé la semaine dernière à approvisionner directement en gaz les zones sous contrôle des rebelles au motif que Kiev, la capitale ukrainienne, a cessé de le faire.

Russie et Etats-Unis discutent. Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, et son homologue russe, Sergueï Lavrov, ont discuté à Genève pendant 1h20, dans un contexte tendu autour de la crise ukrainienne. Les propos de Kerry, qui a accusé la semaine dernière les responsables russes de lui avoir «menti droit dans les yeux» sur l'implication de la Russie en Ukraine, ont été nuancés par un membre de la délégation américaine, parlant sous couvert de l'anonymat. Le secrétaire d'Etat américain faisait référence à «l'appareil russe de propagande», a-t-il précisé.

Les deux hommes devaient notamment s'entretenir sur l'éventualité de nouvelles sanctions de l'Occident à l'encontre de la Russie. Kiev et les Occidentaux accusent Moscou d'armer la rébellion séparatiste et d'avoir déployé des troupes régulières dans l'est de l'Ukraine. La Russie dément toute implication dans le conflit.

6 000 morts depuis avril 2014. Plus de 6 000 personnes ont été tuées en Ukraine depuis le début des violences en avril 2014, a annoncé lundi le haut-commissaire des Nations unies aux droits de l'Homme, Zeid Raad Al Hussein. Il parle de «dévastations ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant