Ukraine : quelques espoirs de dialogue malgré les tensions à l'Est

le
0
Ukraine : quelques espoirs de dialogue malgré les tensions à l'Est
Ukraine : quelques espoirs de dialogue malgré les tensions à l'Est

Initiée par les Etats-Unis, une réunion quadripartite entre les Américains, les Russes, les Ukrainiens et l'Union européenne devrait se dérouler les 16 ou 17 avril à Genève (Suisse) ou à Vienne (Autriche). Le président russe Vladimir Poutine a exprimé l'espoir que cette initiative diplomatique «aura de l'effet et que l'issue sera positive». Le département d'Etat américain est plus pessimiste. Avant, il avait mis en garde Kiev contre toute action «irréparable». Par ailleurs, la Réserve fédérale américaine (Fed) a averti mercredi que la crise en Ukraine pourrait «avoir un impact négatif sur la croissance mondiale», comme le FMI l'avait annoncé mardi.

Ces derniers jours ont en effet vu un brusque regain de tension dans l'Est russophone de l'Ukraine, où pro-russes et loyalistes se font face, sous la menace de milliers de soldats russes massés à la frontière toute proche. Le ministre ukrainien de l'Intérieur a en effet menacé mercredi d'intervention les séparatistes toujours retranchés dans deux villes de l'Est.

«Pour ceux qui acceptent le dialogue, il y aura une solution politique, quant aux marginaux qui cherchent le conflit, ils recevront une réponse forte», a déclaré Arsen Avakov en conseil des ministres. Et d'estimer que «la crise pourrait être réglée dans les prochaines 48 heures». Une solution qui pourrait être, selon Vladimir Poutine «irréparable». Un avertissement très clair au gouvernement pro-européen de Kiev, que Moscou ne reconnaît pas.

Provocations et démentis

Le maître du Kremlin s'est engagé de longue date à protéger «à tout prix» les populations russes de l'ex-URSS et a dépêché jusqu'à 40.000 militaires à la frontière ukrainienne, faisant craindre une invasion. Les séparatistes, qualifiés de «terroristes et criminels» par Kiev, ne désarmaient pas mercredi, tenant toujours le siège local des services de sécurité ukrainiens (SBU) à Lougansk, à 60km de la frontière ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant