Ukraine : quand la Russie sème la zizanie entre Occidentaux

le
2
Victoria Nuland et Victor Ianoukovitch à Kiev le 6 février 2014.
Victoria Nuland et Victor Ianoukovitch à Kiev le 6 février 2014.

"Russie-Europe, la guerre froide est déclarée", écrivions-nous dès novembre dernier à propos du profond différend entre les deux blocs sur l'Ukraine. Affrontement politique, guerre commerciale, campagne de presse contre une dirigeante européenne : tous les coups semblaient permis. Trois mois plus tard, un nouvel épisode vient de s'écrire, avec la révélation des propos - il est vrai insultants - de l'ambassadrice américaine auprès de l'ONU.Lire aussi Russie-Europe, la guerre froide est déclarée"Que l'Europe aille se faire foutre !" C'est en effet ce que l'on peut entendre de la bouche de Victoria Nuland, secrétaire d'État adjointe américaine, au cours d'une conversation téléphonique de travail avec son ambassadeur à Kiev. Propos peu diplomatiques, mais qui ont le mérite d'être clairs, et qui surviennent après la proposition de Nuland de mêler à la crise ukrainienne le représentant spécial de l'ONU Robert Serry. Ce qui ajoute un participant extérieur à une situation déjà compliquée. Mais pour Victoria Nuland, c'est une bonne nouvelle : "Cela donnerait du lien et tu sais quoi, fuck the EU !"Lire aussi Le "Fuck EU !" d'une diplomate américaine La Russie est "tombée bien bas" (États-Unis)L'enregistrement, d'excellente qualité, a été publié sur YouTube et, selon l'Agence France-Presse, "relayé aussitôt sur le compte Twitter de Dimitri Loskoutov, un proche collaborateur du vice-Premier ministre russe...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Berg690 le samedi 8 fév 2014 à 12:17

    Si vous voulez vous rendre compte par vous-même des tractation US . La traduction de la conversation en question est à : http://www.voltairenet.org/article182063.html

  • Berg690 le samedi 8 fév 2014 à 12:11

    Cependant l’important est ailleurs : la conversation montre que les États-Unis ne sont pas intéressés par les slogans officiels des manifestants de la place Maidan (le rattachement à l’Union européenne), mais qu’ils œuvrent pour changer le régime, placer un homme à eux au pouvoir, et répandre les troubles.