Ukraine : Poutine veut négocier un futur Etat dans l'est du pays

le
11
Ukraine : Poutine veut négocier un futur Etat dans l'est du pays
Ukraine : Poutine veut négocier un futur Etat dans l'est du pays

La crise ukrainienne, qui a déjà refroidi les relations entre Moscou et l'Occident comme au temps de la guerre froide, vient de franchir une étape. Ce dimanche, pour la première fois, Vladimir Poutine a évoqué sa volonté de voire naître un futur Etat dans l'est de l'Ukraine. Et le président russe d'appeler à des pourparlers en ce sens, au terme d'une semaine cruciale, marquée par l'incursion très probable de plusieurs centaines de soldats russes dans l'est de l'Ukraine.  

La question d'un Etat. «Nous devons commencer immédiatement des discussions substantielles (...) sur des questions touchant à l'organisation politique de la société et la création d'un Etat pour le sud-est de l'Ukraine afin de protéger les intérêts légitimes des personnes qui y vivent», a affirmé ce dimanche le président Poutine, cité par les médias russes. C'est la première fois qu'il évoque un tel statut pour les régions où s'affrontent loyalistes et rebelles prorusses.Jusqu'à présent, la Russie avait seulement demandé que les régions orientales de l'Ukraine, majoritairement russophones, aient davantage d'autonomie dans un système fédéral moins centralisé. Son porte-parole Dmitri Peskov a nuancé ses propos, jugeant qu'il ne s'agissait «absolument pas» de donner le statut d'un Etat aux régions rebelles mais que l'Ukraine devait «prendre en compte les intérêt de la Novorossia». La veille, l'Union européenne avait donné une semaine à la Russie pour changer de cap, sous peine de nouvelles sanctions.

Marioupol, prochaine cible des rebelles. Sur le terrain, le responsable séparatiste Alexeï Mozgovoï a affirmé samedi que les insurgés contrôlaient désormais près de 50% du territoire des régions de Donetsk et de Lougansk après les récents succès de leur contre-offensive. Les rebelles ont dit se préparer à une nouvelle grande offensive contre les forces gouvernementales dans l'est de l'Ukraine. Ils visent particulièrement le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 1 sept 2014 à 09:23

    Vous avez un excellent lien sur l'Ukraine : "http://www.axl.cefan.ulaval.ca/europe/ukraine-1demo.htm" pour ceux dont les questions de population et de langues passionnent.

  • mucius le lundi 1 sept 2014 à 07:30

    Ou plutôt : les russophiles sont nettement moindres! Un référendum honnête pourrait le dire... mais Poutine préfère les référendum sous occupation militaire russe.

  • mucius le lundi 1 sept 2014 à 07:28

    Les russophiles sont nettement moindres! Un référendum le dira...

  • frk987 le dimanche 31 aout 2014 à 22:53

    Pour dcouplet : si vous évoquez les sudètes, la population allemande était de 30%, en Ukraine de l'est les russophones dépassent 90%. Une légère différence !!!!!! Un référendum libre le dira.

  • Berg690 le dimanche 31 aout 2014 à 19:33

    Trop tard!

  • Berg690 le dimanche 31 aout 2014 à 19:32

    Et surtout ne cherches pas la vérité ça fait mal aux yeux.LoL

  • Berg690 le dimanche 31 aout 2014 à 19:31

    M125 ta bêtise n'a d’égale que ta soumission à la propagande!

  • dcouplet le dimanche 31 aout 2014 à 18:35

    et demain ce sera un autre pseudo soulèvement "organisé" dans un autre pays près de la Russie. on connait l'histoire, on nous l'a déjà fait en 38/39.

  • frk987 le dimanche 31 aout 2014 à 16:45

    Comme j'avais dit le premier jour un référendum sous l'égide de l'ONU dans les provinces de l'Est de l'Ukraine et la messe était dite !!!!! sans un coup de feu, sans menaces à la c.. qui économiquement vont nous retomber dessus, et l'on n'en a vraiment pas besoin.

  • Berg690 le dimanche 31 aout 2014 à 15:40

    C'est un fait que si on avait écouté et organisé une fédération avant la guerre punitive de Kiev on en serait pas là. Mais cela convient mieux aux ricains qui ont réussi à séparer l’Europe de la Russie pour leur plus grand bénéfice.