Ukraine : Poutine rejette toute «interférence» étrangère

le
1
Ukraine : Poutine rejette toute «interférence» étrangère
Ukraine : Poutine rejette toute «interférence» étrangère

Alors que le gouvernement du président ukrainien Viktor Ianoukovitch a démissionné mardi matin, Moscou ne révisera pas ses accords économiques avec Kiev si l'opposition arrive au pouvoir, a annoncé Vladimir Poutine, dans l'allocution qu'il a tenue en fin d'après-midi à Bruxelles après avoir rencontré les dirigeants de l'Union européenne.

Le maître du Kremlin a, par ailleurs, rejeté toute «interférence» étrangère en Ukraine, condamnant implicitement la visite prévue dans la soirée à Kiev de la chef de la diplomatie de l'UE, Catherine Ashton. «Je pense que le peuple ukrainien est capable de résoudre» ses problèmes «par ses propres moyens», a-t-il affirmé. «La Russie n'interfèrera jamais» dans cette crise, a-t-il affirmé avec aplomb, invitant les Européens à faire de même, rejetant ainsi les critiques exprimées depuis des mois par les pays d'Europe de l'ouest sur les pressions exercées par Moscou sur Kiev.

Poutine met en avant des arguments économiques

Interrogé pour savoir si Moscou reverrait ses accords avec l'Ukraine sur des prêts et sur l'énergie en cas d'arrivée de l'opposition pro-européenne au pouvoir, le président russe a répondu : «Nous ne le ferons pas». «Mais ce qui est important pour nous est que l'économie ukrainienne ait du crédit», a-t-il ajouté. Soulignant que Moscou avait offert un prêt de 15 milliards de dollars à Kiev, il a assuré que la Russie «veut être sûre de récupérer son argent».

Affirmant que l'Ukraine demandait à la Russie plus de temps pour payer sa dette gazière, Vladimir Poutine a aussi jugé que cela était «très difficile à faire». Les présidents du Conseil européen, Herman Van Rompuy, et de la Commission européenne, José Manuel Barroso, ont défendu l'accord d'association avec l'UE que l'Ukraine a refusé de signer fin novembre sous la pression de la Russie, déclenchant des manifestations qui n'ont pas cessé depuis.  Ils ont annoncé que l'UE et la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • grinchu1 le mardi 28 jan 2014 à 19:14

    alors pourquoi en parle-t-il ?