Ukraine : Poutine juge les accusations d'ingérence russe «infondées»

le
8
Ukraine : Poutine juge les accusations d'ingérence russe «infondées»
Ukraine : Poutine juge les accusations d'ingérence russe «infondées»

Plus que jamais, l'Ukraine est menacée d'éclatement entre l'est russophone et le centre et l'ouest tournés vers l'Europe. Dans la nuit de lundi à mardi, d'après plusieurs témoins, les troupes de l'armée ukrainienne étaient en route vers l'est du pays pour mener une «opération anti-terroriste» contre les militants pro-russes. Les insurgés sont en effet repassés à l'offensive lundi dans la région, notamment dans la localité de Gorlivka, demandant l'aide de Vladimir Poutine face au gouvernement pro-européen de Kiev, qui a lancé un appel à l'ONU. Le président ukrainien par intérim, Olexandre Tourtchinov, avait laissé jusqu'à ce lundi matin aux insurgés pro-russes pour désarmer, sans risque de poursuite. En vain.

 

Selon l'Otan, la Russie a massé jusqu'à 40.000 hommes à la frontière et Vladimir Poutine a de longue date dit qu'il assurerait «à tout prix» la sécurité des populations russophones de l'ex-URSS. L'Union européenne, qui craint une intervention de Moscou, a décidé d'élargir la liste des personnes soumises à des sanctions.

Dans un entretien téléphonique avec son homologue américain Barack Obama, Vladimir Poutine a, de son côté, qualifié de «conjectures» reposant «sur des informations infondées» les accusations d'ingérence de Moscou. Le président russe a en outre «appelé Barack Obama à faire tout son possible pour ne pas permettre l'usage de la force et un bain de sang», selon le Kremlin.

>>> Retrouvez les événements de ce lundi

22h30. L'armée ukrainienne devrait s'investir dans une opération «anti-terroriste». Le Conseil de sécurité ukrainien aurait décidé de l'intervention de l'armée dans l'est du pays, selon le mouvement pro-occidental Euromaidan.

SecurityCouncil adopted decision to employ army in anti-terrorist operation, Viktoria #Syumar Deputy Head of SecurityCouncil. espreso.tv |PR? Euromaidan PR (@EuromaidanPR) April 14, 2014

Sur Instagram et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • papy988 le mardi 15 avr 2014 à 08:03

    Mark92 pour info les russes etait sur notre frond est.Sans cette prise en tenaille de l'armée allemande sur deux fronds, il est n'aurait pas été sûr que le débarquement est fonctionné.

  • mark92 le mardi 15 avr 2014 à 00:48

    Quel fo Q celui la. Et en plus il est invité aux commémorations du débarquement en Normandie. Ils étaient ou les petits russes en juin 1944 ??

  • Berg690 le mardi 15 avr 2014 à 00:28

    @a.rosa : Trois imposants drapeaux trônaient lundi matin dans la salle de réunion du siège du gouvernement ukrainien à Kiev, à l’arrivée du président en exercice de l’OSCE, Didier Burkhalter.Mais les hôtes du Suisse ont commis une erreur de protocole, l’accueillant avec un immense drapeau danois à la place du suisse. L’étendard scandinave était placé à côté d’un drapeau ukrainien et d’un autre à l’effigie de l’OSCE. Si tu veux la source...

  • mark92 le lundi 14 avr 2014 à 23:33

    Une mère qui porte son enfant est exécutée par les Allemands à Ivangorod, en Ukraine, en 1942. Sympa les copains d'hier. Au secours les ricains....

  • mark92 le lundi 14 avr 2014 à 23:01

    Quel fo q ce petit secrétaire de poutin. Il s'est sauvé de Berlin lors de la chute du mur pour se planquer comme secrétaire à la mairie de moscou. Agent secret ?? Sourires.. en jupons ???

  • Berg690 le lundi 14 avr 2014 à 21:05

    Quelle source?

  • a.rosa le lundi 14 avr 2014 à 17:08

    "Hier, à Kharkiv, la situation était assez grotesque : les manifestants, qui prétendaient habiter la ville, ont manifesté devant le théâtre, qu’ils avaient confondu avec l’Hôtel de Ville. Ils criaient pour demander au maire de sortir… d’un théâtre".

  • M4369955 le lundi 14 avr 2014 à 14:22

    Voilà un article plus éclairant et plus neutre :http://www.courrierinternational.com/article/2014/03/20/ukraine-les-russes-trop-bernes-par-l-occident