Ukraine : pourquoi Londres et Berlin sont plus souples avec Moscou

le
1
Ukraine : pourquoi Londres et Berlin sont plus souples avec Moscou
Ukraine : pourquoi Londres et Berlin sont plus souples avec Moscou

Alors que l'UE vient de décider de sanctions politiques contre Moscou, les chancelleries allemande et britannique sont moins enclines que leurs voisines à menacer la Russie, qui confirme chaque jour un peu plus son emprise sur la péninsule de Crimée, de sanctions économiques. Et pour cause : leurs intérêts économiques avec la Russie font de Berlin et Londres ceux qui ont le plus à perdre d'un refroidissement des relations avec Moscou. Et incitent donc Angela Merkel et David Cameron à jouer la carte de l'apaisement.

Berlin, principal frein aux sanctions

>Une diplomatie hésitante. Certes, on ne peut pas reprocher à la diplomatie allemande de ne pas s'impliquer. Le ministre des Affaires étrangères allemand Frank-Walter Steinmeier a fermement bataillé avec ses homologues français et polonais pour faire cesser les violences, fin février, et Angela Merkel, qui parle russe, n'a pas non plus ménagé ses efforts, multipliant les coups de téléphone au président Vladimir Poutine. Dans le même temps, estime Stefan Meister, expert à l'antenne berlinoise du Conseil européen des relations extérieures, Berlin «est le principal frein à une ligne plus dure vis à vis de la Russie». L'Allemagne plaide imperturbablement pour le dialogue et garde ses distances avec la ligne dure des Etats-Unis, qui ont suspendu lundi leur coopération militaire avec la Russie et brandi la menace de sanctions diplomatiques mais aussi économiques. Berlin s'est également montré hésitant face à une éventuelle exclusion de la Russie du G8.

>La Russie, un marché-clé pour l'Allemagne. Il faut dire que la chancelière doit composer avec les puissants intérêts économiques allemands qui freinent toute idée de sanctions contre la Russie. La première économie européenne importe environ un tiers de son pétrole et de son gaz de la Russie, dont elle est le premier partenaire commercial européen, et le troisième mondial de la Russie. L'Allemagne ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lompala le jeudi 6 mar 2014 à 19:31

    Eh bien il vaut mieux ! Un peu de retenue et de bon sens ne sont nullement inutiles !!Quant à notre tartarin, il devrait mettre le budget des armées en accord avec ses envies d’en découdre !!Au fait merci de m’avoir appris que vous pouviez lire mes messages au fur et à mesure de leur frappe !!