Ukraine : nouveaux affrontements à Kiev, deux morts par balles

le
0
Ukraine : nouveaux affrontements à Kiev, deux morts par balles
Ukraine : nouveaux affrontements à Kiev, deux morts par balles

Au quatrième jour de violents affrontements, deux manifestants ont été tués par balles, ce mercredi matin, à Kiev, alors que les forces de l'ordre ukrainiennes ont lancé un assaut contre les protestataires. Le ministère de l'Intérieur ukrainien avait déjà confirmé mercredi matin le décès d'un premier homme, sans préciser la nature de ses blessures. «Il y a un cadavre. C'est vrai. (...) Mais nous n'avons pas encore établi les causes de ses blessures», a indiqué le service de presse du ministère à l'agence Interfax. Le Parquet précise désormais que deux hommes ont été tués par balles, dont l'un atteint à la tête et à la poitrine

Le service médical improvisé de l'opposition a affirmé qu'un autre manifestant était décédé la veille après être tombé dimanche de plus de 10 mètres de haut. Le ministère de l'Intérieur n'a pour l'instant pas confirmé.

Vers 6 heures locales (7 heures, heure française), ce mercredi matin, les forces de l'ordre ont lancé une offensive contre les manifestants retranchés derrière des barricades au niveau de la rue Grushevski, qui mène au Parlement. Peu après l'assaut, après avoir partiellement détruit les barricades, la police semblait cependant reculer. Des images retransmises par la télévision ukrainienne ont montré les policiers procédant à des arrestations. Dans la nuit, des manifestants avaient lancé des cocktails Molotov et des pierres contre les cordons de police, qui ont riposté notamment avec du gaz lacrymogène. Des milliers de manifestants étaient alors présents sur l'avenue Grushevsky.

De nouveaux heurts ont opposé manifestants et policiers à Kiev dans la nuit de mardi à mercredi, malgré la menace du Premier ministre de recourir à la force contre les "provocateurs". AFP PHOTO / VASILY MAXIMOV

Des menaces du Premier ministre mardi

«Si les provocateurs ne s'arrêtent pas, les autorités n'auront pas d'autre choix que d'utiliser la force ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant