Ukraine : «Nous revenons en Europe», prévient le nouveau président Porochenko

le
2
Ukraine : «Nous revenons en Europe», prévient le nouveau président Porochenko
Ukraine : «Nous revenons en Europe», prévient le nouveau président Porochenko

Petro Porochenko, investi samedi président d'Ukraine, s'est engagé à maintenir l'unité du pays menacée par une insurrection séparatiste meurtrière dans l'Est, après avoir amorcé avec Vladimir Poutine un dialogue créant des espoirs de désescalade. Elu dès le premier tour le 25 mai avec 54,7% des voix, le milliardaire pro-occidental de 48 ans, a prêté serment devant le Parlement sur la constitution et l'Evangile et a été déclaré cinquième président de l'Ukraine indépendante.

S'adressant aux habitants de la région industrielle russophone du Donbass contrôlée en grande partie par les rebelles et où il compte se rendre rapidement, il leur a promis mener une décentralisation du pouvoir et de garantir l'usage libre de la langue russe.

«La Crimée a été et restera ukrainienne»

Il a en revanche refusé tout «compromis» avec la Russie sur l'orientation européenne de son pays et sur l'appartenance de la Crimée à l'Ukraine. «La Crimée a été et restera ukrainienne», a-t-il déclaré, provoquant des applaudissements. «Je l'ai dit clairement au dirigeant russe en Normandie», a-t-il ajouté. Le vice-président américain Joe Biden, présent à cérémonie d'investiture (non loin du ministre français Laurent Fabius) a applaudi.

 «Personne ne pourra nous transformer en serviteurs d'un régime colonial»

Dans son premier discours présidentiel à la Nation, M. Porochenko s'adresse à ses «chers compatriotes de Lviv (bastion nationaliste dans l'ouest) à Donetsk (chef-lieu de l'insurrection prorusse), de Tcherniguiv (nord) à Sébastopol (ville de Crimée annexée en mars à la Russie).»

Il cite ensuite l'écrivain du 19e siècle Ivan Franko ayant qualifié les Ukrainiens de "feu vif dans la famille des peuples européens" et l'historien Mikhaïlo Dragomanov pour lequel «il faut avoir les pieds et le coeur en Ukraine et la tête en Europe». «La dictature qui a régné ces dernières années en Ukraine ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 le samedi 7 juin 2014 à 22:27

    LA SOULTE SERA DE MILLE MILLIARD$....Avec mes impôts ,donc pas remboursable..Un peut comme la GRÉCE qui avec 10 millions de grecque nous a déjà englouti 100 Milliard$......

  • LeRaleur le samedi 7 juin 2014 à 18:39

    Normal, avec tout le fric qui va leur être gracieusement donné. En plus, la m*a*f*i*a* va s'en mettre plein les poches.