Ukraine : Merkel demande à Poutine de faire pression sur les séparatistes

le
0
Ukraine : Merkel demande à Poutine de faire pression sur les séparatistes
Ukraine : Merkel demande à Poutine de faire pression sur les séparatistes

Mais quel jeu joue encore la Russie ? Le bombardement de samedi attribué à des rebelles prorusses sur le port  ukrainien de Marioupol, qui a tué trente civils samedi, fait l'effet d'un nouvel électro-choc en Europe occidentale. Les attaques sur Marioupol, port stratégique de l'est de l'Ukraine, font ressurgir les craintes d'une offensive d'envergure pour relier la Russie et la péninsule ukrainienne de la Crimée, annexée en mars, et soulèvent inévitablement de nouvelles interrogations sur le rôle exact de Vladimir Poutine.

Les responsables politiques européens ne s'y sont pas trompés qui multiplient les mises en garde. La chancelière allemande Angela Merkel a prié dimanche le président russe Vladimir Poutine de «faire pression sur les séparatistes». Mme Merkel a appelé le président russe à «empêcher une nouvelle escalade» de la violence et promouvoir le respect des accords de Minsk signés le 5 septembre dernier pour obtenir un cessez-le-feu. La chacelière a  qualifié les tirs qui ont fait trente morts et 90 blessés samedi, de «violation claire et injustifiable du cessez-le-feu». Elle a présenté ses condoléances au président ukrainien Porochenko.

Réunion jeudi des ministres des Affaires étrangères de l'UE

A Paris, François Hollande a, selon son entourage, exprimé «sa très forte préoccupation face à la très forte dégradation». Le président français s'est entretenu successivement dimanche avec le président ukrainien, Petro Porochenko, et le président du Conseil européen Donald Tusk. Le chef de l'Etat devrait s'entretenir également avec son homologue russe Vladimir Poutine lundi soir ainsi qu'avec la chancelière allemande Angela Merkel.

Le président américain Barack Obama, joignant sa voix au tollé occidental, a promis dimanche «d'accroître la pression sur la Russie», accusée de soutenir les rebelles, ce que Moscou a toujours démenti.  Dans la foulée, la représentante de la diplomatie ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant