Ukraine-Les rebelles de l'Est ont élu leur dirigeant

le
0

(Actualisé avec commentaires de Moscou) par Thomas Grove DONETSK, 2 novembre (Reuters) - Les rebelles pro-russes de l'est de l'Ukraine ont élu dimanche un dirigeant séparatiste lors d'un scrutin que le président Petro Porochenko a qualifié de "farce" en demandant à Moscou de ne pas en reconnaître les résultats. Alexandre Zakhartchenko a recueilli plus de 81% des suffrages selon des sondages réalisés à la sortie des bureaux de vote. La Haute représentante pour la politique extérieure de l'Union européenne, Federica Mogherini, a estimé que l'élection de dimanche était "un nouvel obstacle sur le chemin de la paix en Ukraine". "Le scrutin est illégal et illégitime et l'Union européenne ne le reconnaître pas", a-t-elle ajouté dans un communiqué. Les Etats-Unis ont eux aussi contesté la légitimité du vote. Petro Porochenko a parlé dimanche de "farce sous les canons des chars et des mitrailleuses". Il a estimé que cette consultation enfreignait une série d'accords connus sous l'appellation de "protocole de Minsk", qui sert de base au cessez-le-feu entré le vigueur le 5 septembre mais violé quotidiennement depuis dans cette région où le conflit a fait quelque 3.700 morts. "Je compte sur la Russie pour ne pas reconnaître les prétendues élections parce qu'elles constituent une violation claire du protocole de Minsk du 5 septembre, qui a été signé aussi par le représentant de la Russie", a dit le chef de l'Etat. La Russie, qui avait pour sa part prévenu qu'elle reconnaîtrait les résultats, a réagi à l'annonce de la victoire du dirigeant séparatiste en disant "respecter la volonté du peuple du sud-ouest" de l'Ukraine, a rapporté l'agence Interfax citant le ministère russe des Affaires étrangères. ID:nL6N0ST00R A Donetsk, fief politique et militaire pro-russe, les symboles l'Etat ukrainien figurant sur les urnes ont été recouverts de drapeaux rebelles. De la musique russe était diffusée par des hauts-parleurs devant le principal bureau de vote de la ville. Dans toute la région, des électeurs ont patienté dans le froid devant les bureaux de vote, certains devant les décombres d'immeubles touchés par les bombardements des derniers mois. "Nous sommes citoyens de Donetsk et nous ne voulons pas vivre sous le gouvernement de Kiev, qui nous a tourné le dos", a déclaré Sergueï Kovalenko, 58 ans, garde d'une société privée de sécurité venu voter avec son épouse dans un bureau installé dans une école primaire. BOMBARDEMENTS ET COMBATS CONTINUENT Quelques heures avant l'ouverture du scrutin, des bombardements d'une rare intensité ont été signalés dans la région. Des tirs ont par ailleurs visé un quartier du nord de Donetsk après le début des opérations de vote, selon les séparatistes. L'armée ukrainienne fait quant à elle état de trois morts dans ses rangs au cours des 24 dernières heures. Deux des victimes ont été tuées par une explosion à un point de contrôle de Marioupol, ville tenues par les forces gouvernementales, a précisé l'état-major. Selon le gouvernement ukrainien, le protocole de Minsk prévoit que toute élection soit organisée selon la loi ukrainienne. La tenue d'élections dans le Donbass pèse par ailleurs un peu plus sur les relations déjà tendues entre l'Occident et la Russie, déjà sous le coup de sanctions européennes et américaines en raison du conflit ukrainien. La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré vendredi au président russe Vladimir Poutine que le scrutin était illégitime et qu'il ne serait pas reconnu par l'Union européenne. Alexandre Zakhartchenko était pratiquement certain de remporter le scrutin de dimanche. Cet ancien électricien de 38 ans devenu Premier ministre de la république auto-proclamée de Donetsk, a comparé les mines de charbon du Donbass aux gisements pétroliers des Emirats arabes unis et promis aux retraités un pécule censé leur permettre de partir en safari en Australie. Dimanche, il a troqué son uniforme pour un costume sombre pour aller mettre son bulletin dans l'urne "pour la justice, le bonheur, la paix et la prospérité". Ses adversaires, deux séparatistes moins connus, sont rarement apparus en public. Les rebelles assurent que le scrutin va accroître la légitimité des dirigeants séparatistes et consolider leur pouvoir. Mais de nombreux habitants de Donetsk estiment qu'il n'apportera aucun changement et s'interrogent sur sa validité même en l'absence de listes électorales. "Je ne vois pas pourquoi je voterais. Cela ne changera rien et de toute façon, l'élection n'est pas destinée à la population de Donetsk, elle est destinée aux rebelles eux-mêmes", a dit Vitaly, 34 ans. (avec Natalia Zinets et Alessandra Prentice; Agathe Machecourt, Jean-Philippe Lefief et Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant