Ukraine-Les rebelles acceptent le retrait d'armes lourdes

le
0

(Actualisé avec précisions, départ d'un convoi rebelle de Debaltseve, échange d'otages et contexte) NIZHNYAYA KRYNKA, Ukraine, 22 février (Reuters) - Les séparatistes ukrainiens vont entamer ce dimanche le retrait d'armes lourdes de la ligne de front dans l'est de l'Ukraine, a annoncé un officier supérieur rebelle,, signe que le camp prorusse pourrait être disposé à interrompre son avance dans le cadre de l'accord de paix conclu la semaine dernière à Minsk. Les combats ont diminué d'intensité dans plusieurs zones depuis l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu dimanche dernier mais la trêve a été violée à plusieurs reprises, notamment avec la prise mercredi par les séparatistes de la ville stratégique de Debaltseve, qui a obligé plusieurs milliers d'hommes de l'armée régulière à battre en retraite. Toutefois, l'annonce par les rebelles du retrait d'armes lourdes, quelques heures après un important échange de prisonniers entre les deux camps, pourrait traduire leur volonté de respecter davantage l'accord dit de Minsk II maintenant qu'ils tiennent Debaltseve, l'un de leurs principaux objectifs militaires. "Le plan a été signé hier soir (...) A partir d'aujourd'hui, on a deux semaines pour retirer les armes lourdes", a dit Edouard Bassourine, un commandant rebelle cité par l'agence de presse russe Interfax. Une autre agence russe, Tass, rapporte d'autres propos d'Edouard Bassourine selon lesquels les modalités du retrait ne sont pas encore arrêtées et le retrait effectif des armes ne devrait débuter que mardi. Andriy Lissenko, porte-parole de l'armée ukrainienne, a déclaré par téléphone ne pas être en mesure dans l'immédiat de confirmer que les rebelles avaient entamé le retrait des armes lourdes. ÉCHANGE DE PRÈS DE 200 PRISONNIERS Un journaliste de Reuters a vu un convoi de 20 véhicules militaires rebelles transportant entre autres des systèmes de missiles quitter Debaltseve pour prendre la direction de Donetsk. Samedi, les forces gouvernementales et les rebelles ont procédé à l'échange de près de 200 prisonniers, l'un des premiers actes illustrant la mise en oeuvre de l'accord de Minsk II, conclu le 12 février dans la capitale biélorusse au terme de négociations impliquant les présidents ukrainien, russe et français ainsi que la chancelière allemande. Depuis une semaine, les deux camps s'accusent mutuellement d'enfreindre le cessez-le-feu. Dimanche, l'armée ukrainienne a fait état de 12 attaques rebelles sur des positions gouvernementales depuis samedi soir. Les combats les plus intenses ont eu lieu dans la ville de Peski, proche de Donetsk, et des groupes séparatistes ont tenté un "raid" sur des positions de l'armée à Chyrokine, à l'est de la ville portuaire stratégique de Marioupol, sur la mer d'Azov, a-t-elle précisé sur Facebook. Kiev accuse les séparatistes de continuer à masser des troupes et des armes dans le sud-est du pays et l'armée a déclaré samedi se préparer à l'éventualité d'une offensive rebelle sur Marioupol. ID:nL5N0VV0DE Le service d'information des rebelles DAN a rapporté que des troupes ukrainiennes avaient bombardé certains quartiers de Donetsk et que des tirs d'artillerie se faisaient entendre dans la ville vers 07h30 GMT. (Anton Zverev, avec Natalia Zinets à Kiev, Alexander Winning à Moscou; Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant