Ukraine : les négociations butent sur une loi d'amnistie

le
0
Ukraine : les négociations butent sur une loi d'amnistie
Ukraine : les négociations butent sur une loi d'amnistie

Alors que pour la première fois en deux mois de crise et de contestation, le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a lâché du lest depuis lundi, l'incertitude plane néanmoins sur les jours à venir. Les députés s'étaient entendu mardi pour abroger les lois répressives adoptées le 16 janvier qui visaient l'opposition alors que le gouvernement avait démissionné.

Mercredi, le Parlement ukrainien a adopté après des heures d'âpres négociations, une amnistie pour les contestataires arrêtés lors de heurts avec la police, mais l'opposition s'est abstenue de l'appuyer. Elle refuse les conditions imposées par le parti des Régions au pouvoir, à savoir l'évacuation de certains des bâtiments publics occupés à Kiev et a fait aussitôt savoir qu'elle restait mobilisée.

Catherine Ashton, la responsable de la diplomatie de l'Union européenne, avait appelé mercredi à Kiev à un arrêt de la «violence» et des «intimidations», «d'où qu'elles viennent». Le dialogue entre le pouvoir et les contestataires «doit être un vrai dialogue», a-t-elle  ajouté après son entretiens avec Ianoukovitch. De son côté, Angela Merkel a exhorté lors d'un entretien téléphonique «le président Vladimir Poutine à plaider de son côté pour un dialogue constructif (...) entre l'opposition et le gouvernement». Comme la veille, Moscou a répliqué que «toute ingérence est inadmissible».

L'ex-président ukrainien de 1991 à 1994,  Léonid Kravtchouk a souligné devant le Parlement mercredi  que «le pays se trouvait au bord de la guerre civile», invitant les députés à mettre sur pied «un plan de règlement du conflit». «C'est une révolution. C'est une situation dramatique et nous devons agir avec la plus grande responsabilité» et «mettre en place un plan de règlement du conflit» a-t-il ajouté.

VIDEO. L'opposant Klitschko veut un «compromis» pour une loi d'amnistie

«Trouver un candidat indépendant»

Pour Taras ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant