Ukraine : les manifestants campent à Kiev malgré la trêve annoncée

le
2
Ukraine : les manifestants campent à Kiev malgré la trêve annoncée
Ukraine : les manifestants campent à Kiev malgré la trêve annoncée

Des milliers de protestataires sont toujours rassemblés ce mercredi soir, sur le Maïdan, la place de l'Indépendance, à Kiev (Ukraine), malgré le trêve annoncée par le président ukrainien Ianoukovitch. Encadrés par les Berkout, policiers antiémeute, les manifestants sont déterminés à poursuivre leur mouvement contre le régime de Ianoukovitch. Ils assurent qu'ils ne bougeront pas sans obtenir la démission du président ou la tenue d'élections anticipées.

D'immenses feux sont toujours allumés sur Maïdan. Les drapeaux ukrainiens flottent. Les protestataires crient des slogans, à l'instar de «ensemble jusqu'à la fin !», «gloire à l'Ukraine! gloire aux héros » ou encore « les criminels à la porte!».

Dans la nuit de mardi à mercredi, une véritable effusion de violences a eu lieu dans le centre de la capitale ukrainienne. Les affrontements entre manifestants et policiers - et notamment un assaut des forces spéciales pour déloger les protestataires - ont fait au moins 26 morts et 241 blessés dans les deux camps.

>>> LES EVENEMENTS DE CE MERCREDI :

1 heure. Les opposants ne partiront pas sans démission du président. Malgré la trêve annoncée, les manifestants restent déterminés et demandent toujours la démission de Viktor Ianoukovitch ou la tenue d'élections anticipées. Ils ne bougeront pas sans l'obtenir et continueront leur mobilisation qui dure depuis trois mois.

00h37. A Maïdan, personne ne bouge mais des grenades continuent à être échangées. Si la situation est plus calme que la nuit dernière, grenades assourdissantes et cocktails molotov continuent de voler au dessus des barricades, rapporte BFM TV. Des deux côtés, ni les manifestants pro-Europe ni les forces de l'ordre n'ont bougé, malgré la trêve annoncée par le président Ianoukovitch.

>> EN IMAGES. Nouvelle soirée sous tension à Kiev

00.30. La coopération avec l'Otan sérieusement menacée? L'organisation ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Berg690 le mercredi 19 fév 2014 à 18:26

    Fabius n' rien à faire à Kiev si il n'y est pas convié. Le contraire serait le viol de la souveraineté de l'Ukraine.

  • delapor4 le mercredi 19 fév 2014 à 17:17

    Gardez-le!