Ukraine-Les accords du Minsk prolongés en 2016

le
1
    MOSCOU/BERLIN, 30 décembre (Reuters) - Les dirigeants russe, 
ukrainien, français et allemand sont convenus de prolonger en 
2016 les accords de Minsk 2 visant à mettre fin au conflit 
ukrainien, ont annoncé mercredi la Russie et l'Allemagne. 
    Les présidents russe, ukrainien et français, Vladimir 
Poutine, Petro Porochenko et François Hollande, ainsi que la 
chancelière allemande Angela Merkel se sont entretenus mercredi 
au téléphone pour dresser le bilan de la mise en oeuvre de ces 
accords conclus en février dernier dans la capitale biélorusse. 
    Les quatre dirigeants ont souligné la nécessité d'observer 
un cessez-le-feu total dans l'Est ukrainien et d'intensifier les 
discussions au sein du Groupe de contact sur l'Ukraine en vue de 
permettre la tenue d'élections dans les zones tenues par les 
rebelles, a précisé le Kremlin dans un communiqué. 
    A Berlin, un porte-parole du gouvernement allemand a déclaré 
que les prochains jours devaient être utilisés pour consolider 
la trêve dans l'est de l'Ukraine, où l'armée gouvernementale 
fait face aux séparatistes prorusses. 
    Il a ajouté que les ministres des Affaires étrangères russe, 
ukrainien, allemand et français se verraient fin janvier ou 
début février pour examiner les progrès de la mise en 
application des accords de paix. 
    Les accords de Minsk ont permis l'entrée en vigueur d'un 
cessez-le-feu entre forces ukrainiennes et rebelles mais 
celui-ci n'est pas parfaitement respecté. 
    Le volet politique des accords -- dont l'octroi d'une 
autonomie accrue au Donbass et la tenue d'élections -- a pris du 
retard, ce qui a convaincu l'Union européenne de reconduire pour 
six mois, à compter de début janvier, ses sanctions économiques 
contre la Russie. 
 
 (Alexei Kalmykov et Darya Korsunskaya, avec le bureau de 
Berlin; Tangi Salaün et Guy Kerivel pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo il y a 11 mois

    Je savais qu'il fallait être anaphabète pour travailler chez Reuters, pas qu'il était nécessaire d'être dyslexique. Minsk est - croyez-le ou non - une ville. Donc il s'agit des accords DE Minsk.