Ukraine : le spectre d'une nouvelle guerre en Crimée

le
0
Ukraine : le spectre d'une nouvelle guerre en Crimée
Ukraine : le spectre d'une nouvelle guerre en Crimée

La Crimée est-elle encore ukrainienne ? Difficile à dire tant la situation est explosive sur cette parcelle de terre posée sur la mer Noire, tiraillée entre l'Ukraine, son influent voisin russe et un désir croissant d'autonomie. Une terre où plane désormais la menace d'une nouvelle guerre.

Une péninsule stratégique

En Ukraine, la république autonome de Crimée n'est pas seulement réputée pour ses stations balnéaires et ses vignobles. Si les puissances voisines convoitent depuis des siècles cette terre historiquement très proche de la Russie, c'est en grande partie en raison de sa localisation hautement stratégique, avec son accès à la Méditerranée (détroits du Bosphore et des Dardanelles), puis à l'océan Indien (à travers le canal de Suez).

Si la Crimée appartient à l'Ukraine depuis 1954, la flotte russe y a installé son quartier général, sur la base navale de Sébastopol, afin d'y préserver ses intérêts sur cette « mer-carrefour ». L'accord sur le bail de la flotte russe a régulièrement fait l'objet de tractations entre l'Ukraine et le Kremlin. En 2010, le président ukrainien aujourd'hui déchu, Viktor Ianoukovitch, avait fini par signer un accord de prolongement du bail de la flotte russe de vingt-cinq ans (soit jusqu'en 2042) en échange d'une réduction de 30 % du tarif du gaz.

Poutine se pose en maître du jeu

Vladimir Poutine est enfin sorti de son silence. Depuis la destitution par le Parlement ukrainien du président Viktor Ianoukovitch, le 22 février, l'homme fort du Kremlin ne s'était pas exprimé. Hier, il a donc obtenu du Parlement russe l'autorisation du recours aux forces armées en Ukraine.

Mais Poutine n'a pas encore formellement donné son feu vert à cette intervention militaire censée protéger les « citoyens russes ». « C'est le président qui prend la décision », a déclaré hier son porte-parole. Façon de montrer ses muscles et de mettre la pression sur les nouvelles ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant